Archive for février, 2010

Comment les magazines sur iPad pourraient bouleverser l’information en ligne

février 2, 2010

Lorsque nous traitons du futur de l’écrit à l’ère de l’information digitale, nous commettons souvent deux erreurs : 1) de parler du futur de la lecture, comme s’il n’y avait qu’une seule manière de lire et 2) de ne discuter que du futur du livre alors les médias imprimés sont d’une extrèmeme grande variété.

De nombreux articles ont traité cette semaine, de la manière dont l’iPad, la tablet multitouch d’Apple, pourrait bouleverser le monde l’édition. Si l’attention s’est surtout tournée vers les livres  et vers les quotidiens, il me semble que les magazines sont peut-être le média imprimé le plus susceptible d’être revolutionné par cette nouvelle interface.

Il peut être utile de rappeler que les magazines ont quelques caracteristiques remarquables. D’abord, les magazines sont concus pour être « consommés » en bloc et de manière périodique, un peu comme une série télévisuelle, mais pas comme un flux continu comme c’est le cas pour l’information sur le web. Leur parution tardive fait qu’ils font peut-être parti des medias imprimés les plus menacés par l’information en ligne, temps réel.  En effet, lorsque les magazines paraissent, les informations dont ils traitent sont dans la plupart des cas déjà connues de leurs lecteurs. Face à cette menace, la plupart des magazines ont développé leur présence sur la toile en offrant eux-aussi des service d’information en temps réel, sans véritable recouvrement avec la version papier : une diversification loin de leur savoir-faire originel, pas toujours rentable sur le plan économique car la publicité en ligne penne souvent à offrir des revenus substantiels.

Par ailleurs, les magazines se différencient des autres medias imprimés par leur qualités graphiques et la flexibilité des modes de lecture qu’ils permettent. Depuis qu’ils existent, ils n’ont cessé de multiplier les innovations de mise en page combinant des procédés graphiques et typographiques (titre, sous-titre, encart, mise en exergue, légende, etc.) pour permettre à la fois une lecture rapide et approndie, pour donner au lecteur le loisir de zapper, de feuilleter ou de lire avec attention. Autrement dit, ils ont déjà inventé sur format papier, des « interfaces » de navigation extrement sophistiquées.

A quoi pourrait ressembler un magazine sur iPad ? Alors qu’une adapation sur des plateforme monochrome à encre électronique n’aurait que très peu de sens, les performances graphiques de cette nouvelle machine permettent des adaptations qui rendent enfin justice aux qualités visuelles des magazines. Par ailleurs, il n’y a pas de doute que l’interaction multitouch devrait permettre de reinventer un langage de navigation servant la flexibilté des modes de lecture des magazines : feuilletage,  navigation hierachique, lecture rapide et appronfondie. L’iPad est une table Microsoft Surface qui tient dans la main ! Rien à voir avec l’interactivité souris/clavier dont nous sommes coutumiés.

Il est certain que ces « iMags » ne resteront pas longtemps de simples adaptations des magazines papiers. Ils deviendront interactifs, permettront une lecture à plusieurs, donneront la possiblité à leur lecteurs de commenter et d’enrichir les articles, offriront des jeux et des tests d’un nouveau genre, seront potentiellement de veritables interfaces vers les autres objets connectés de la maison.

Imaginez un magazine de télévision dont les pages s’adaptent selon le jour et l’heure et qui permette par un simple « tap » sur un article de voir le programme correspondant sur son téléviseur. Imaginez les pages d’un magazines sportifs vous permettant de revoir le penalty decisif ou la decision contestable de l’arbitre. Imaginez des mots flechés collaboratifs, des tests de personnalités liés avec vos profils sur les réseaux sociaux. Imaginez surtout des publicités interactives si belles qui loin d’être des nuisances pour le lecteur, elles contribueront à la qualité de son experience de lecture.

Si, comme je le pense, les « iMags » prennent leur essor dans les mois qui viennent, qu’advientra-t-il des sites webs de ces mêmes magazines. Ils resteront sous doute en ligne pour ceux qui ne possèderont pas de terminal de lecture appropris mais ils offriront de fait une experience de lecture bien moins riche que leur équivalent sur tablet. Alors que le lectorat des iMags augmentera, les efforts de développement se porteront sur ce format peut-être au detriment du développement des sites webs. Il n’y a alors qu’un pas pour imaginer que ces nouvelles interfaces deviennnent notre accès privilegié pour certaines information en ligne en complementartié d’abord puis progressivement en direct concurrence avec le web. Les magazines interactifs sur tablets sont-ils le futur de l’information en ligne ? Quels seront les outils clés à la base de cette possible révolution ? Les mois qui viennent promettent d’être passionnants.

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 207 autres abonnés