Posts Tagged ‘carte’

Les cartographies du temps

juin 19, 2012

Quand la plupart des cartographes représentent l’espace, certains tentent aussi de saisir le temps. Comment saisir en deux dimensions, l’émergence et la chute des empires, les grands évènements culturels, le temps long géologique et les fluctuations du pouvoir dans le monde contemporain ? Daniel Rosenberg et Anthony Grafton ont publié il y a deux ans un des rares livres sur le sujet intitulé "Cartographies of Time". Pour ceux qui veulent découvrir la richesse encore assez méconnue de ces représentations chronospatiales, l’extraordinaire collection de 32 000 cartes rassemblées par David Rumsey (et accessibles en ligne) compte au moins une centaine de cartes chronologiques produites entre 1770 et 1967. Retour sur quelques exemples remarquables identifiés dans un billet de David Rumsey.

La Synchronological Chart of Universal History (Sebastien Adams, 1881) est une chronologie de 7 metres couvrant 5885 ans (4004 av. J.-C. — 1881 ).

Le Tableau de L’Histoire Universelle de la création jusqu’à nos jours (Eugene Pick,1858) est présenté en deux tableaux (un pour l’hémisphère est et l’autre pour l’hémisphère ouest). Cette chronologie est basée sur l’ouvrage de 1804 de Friedrich Stass d’Autriche, Strom der Zeiten (Steam of Time).

En 1931, John B.Spark’s publie "The Histomap. Four Thousand Years of World History". La carte représente l’évolution relative du pouvoir entre les différents états, nations et empires.

Enfin, la Succession of Life and Geological Time Table (Herbert Bayer, 1953) tente d’unifier sur une seule représentation la succession des temps géologiques et biologiques.

David Rumsey présente ainsi des dizaines d’autres cartes, plus fascinantes les unes que les autres. Il me semble que, plus que jamais, ces cartes sont des sources d’inspiration fécondes pour tenter d’appréhender l’exposition spatiotemporelle qui caractérise notre époque. Nous devons inventer de nouvelle représentations du temps et de l’espace pour essayer d’embrasser l’histoire du monde dans sa globalité. Les archives sont de plus en plus nombreuses à être digitalisées. Pour la première fois, nous allons avoir accès à un océan de données que nous allons pouvoir croiser les unes avec les autres. Pour autant, serons-nous capables de reproduire des représentations aussi synthétiques que ces chefs-d’oeuvre des deux siècles passés ? Comment saurons-nous représenter l’incertitude intrinsèque qui caractérise ces sources historiques ? Faudrait-il inventer des manières de visualiser l’Histoire non pas comme une narration cohérente, mais plutôt comme un faisceau de probabilités ? Des défis passionnants pour les digital humanities.

Sur ces mêmes sujets voir également :

L’enregistrement audio Book Talk and Release Party: Cartographies of Time par Daniel Rosenberg and Anthony Grafton

Timeline of Timelines par Sasha Archibald and Daniel Rosenberg (Issue 13 Futures Spring 2004)

Une autre Timeline of timelines par infovis.info

Time after Time un billet de BibliOdyssey

Timeline Visualizations: A Brief and Incomplete Teleological History par Whitney Anne Trettien

Timelines and Visual Histories by Michael Friendly

Cartographier les lecteurs

février 2, 2011

Nous avons inauguré cette semaine "Le laboratoire des nouvelles lectures", initiative du Salon du Livre et de la Presse de Genève. Hubert Guillaud et moi-même assurons l’animation éditoriale de cette nouvelle plateforme. Je reprends ici mon premier billet écrit pour ce projet.


Une des missions de ce laboratoire est de cartographier le paysage en constante évolution des nouvelles lectures.

Dans les semaines qui viennent, nous tenterons de cartographier les modèles commerciaux, les circuits de distributions, les types de contenus, mais pour commencer nous vous proposons une cartographie des lecteurs.

Quel lecteur êtes-vous ? Il y a de multiples manières de répondre à cette question. Nous avons choisi de définir un lecteur par sa position dans quatre dimensions fondamentales.

a. L’axe Plaisir / Utilité : Certains lisent pour le plaisir d’autres pour apprendre. Certains s’immergent dans leur lecture d’autres les interprètent.

b. L’axe Focalisé / Distribué : Certains lecteurs ne lisent qu’un type d’ouvrage particulier d’autres pleins de styles et de genres différents.

c. L’axe Solitaire / Social : Certains lecteurs lisent de manière solitaire sans partager, d’autres aiment échanger et converser à propos de leurs lectures

d. L’axe Tradition/Progrès : Certains lecteurs ont des pratiques de lecture "traditionnelle/conservatrice" (ils ne lisent que sur papier, jamais sur écran, trouvent leur source d’information dans les médias et institutions traditionnelles, etc.) d’autres explorent des multiples interfaces de lecture (smartphone, tablettes) et de multiples sources d’information, ils ont du manière générale une approche plus progressiste.

Chacun est libre de sa placer seul sur ces quatre axes. Pour ceux qui resteraient indécis, nous avons mis au point un questionnaire. A partir de l’analyse des réponses au questionnaire nous pouvons obtenir une position entre 0 et 1 sur chacun des axes. Mais malheureusement on ne peut pas représenter facilement une position dans un espace à 4 dimensions.

Nous avons donc proposé de discrétiser les réponses sous la forme de quatre catégories de bases : Plaisir/Utilité, Focalisé/Distribué, Solitaire/Social, Tradition/Progrès.

Un lecteur sera donc défini par un jeu de seulement 4 valeurs. Cela donne donc potentiellement 16 archétypes de lecteur possibles. Il ne restait plus qu’à leur trouver des noms et à les placer sur une carte en deux dimensions. Les descriptions et les titres proposés peuvent évidemment être grandement raffinés. Dans la logique de ce laboratoire ouvert, nous sommes ouverts à toutes propositions / améliorations.

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Joignez-vous à 197 followers