Posts Tagged ‘design’

Transformer un texte en film

octobre 12, 2011

Sur l’invitation du designer Daniel Sciboz, Laurent Bolli et moi-même donnons demain notre première journée d’atelier à la HEAD à Genève. Pendant un semestre, nous allons explorer avec les designers de l’école le thème des représentations régulées audio-visuelles et la possibilité de mécaniser complètement la production de séquences animées.

J’ai développé à plusieurs reprise le thème du livre comme représentation régulée et son devenir machinique. Le monde de l’édition est déjà presque entièrement mécanisé pour la production. Le grand bouleversement que nous sommes en train de vivre est la mécanisation de ses usages (passage du livre outil au livre machine). La situation n’est pas la même pour le monde de l’audiovisuel. Par bien des aspects la production audiovisuelle relève encore de l’artisanat. Forme et fond ne sont pas complètement dissociés. Alors que je peux à partir d’un même fichier XML créer une multitude de mise en pages (pour le print, le web, une tablette ou un smartphone), je ne peux pas sauf dans de rares exceptions produire un film complet à partir d’un texte balisé. L’avantage technologique serait pourtant évidant : le texte offre une facilité sans équivalent pour la production, la correction, le versionnage, l’indexation, etc. L’invention de techniques automatisant le passage d’un texte à un film pourrait bouleverser en profondeur la fonction culturelle des médias audiovisuels.

Il n’est pas étonnant que plusieurs entreprises se lancent aujourd’hui dans l’aventure. J’ai déjà parlé de Qwiki à l’occasion d’un billet sur la fluidification des documents . Ce service permet de créer des petites animations de quelques dizaines de secondes sur presque n’importe quel sujet. Il se base sur l’extraction de Wikipedia et de banques d’images libres de droit. Xtranormal propose la création d’animations 3D simplement en tapant les dialogues et en choisissant différents types de rendus.

Avec les étudiants nous ferons le chemin inverse, nous identifierons dans la jungle de représentations audiovisuelles celles qui seraient le plus susceptibles de devenir des représentations fortement régulées de manière à ce que nous puissions les produire sous la forme d’un texte source et d’un moteur de rendu particulier. Comme souvent nous ratisserons large pour, semaine après semaine, progressivement nous focaliser sur les deux ou trois projets les plus prometteurs.

Tweetbook: autobiographie express imprimable à la demande

mai 17, 2011


Laurent Bolli et moi-même présentons dans l’exposition Objet(s) numérique qui ouvre aujourd’hui au Lieu du Design à Paris, un nouveau service proposé par Bookapp.com : La production automatisée d’un « Tweetbook » en impression à la demande.

Il y une longue tradition classique que Michel Foucault a contribué à faire mieux connaître qui reconnaît comme sagesse et art de vivre la pratique quotidienne des actes de mémoire consistant à consigner les choses lues, entendues ou pensées. Pour Senéque, Plutarque ou Marc Aurèle, l’écriture de soi est une hygiène de vie.  Les nouveaux outils de communication de l’Internet ont, à leur manière, inventé des nouvelles pratiques autobiographiques. Le projet « Tweetbook » explore la nature de ces nouvelles « écriture de soi » en permettant à chacun de jeter un regard neuf sur le type d’autobiographie qu’il produit, presque sans le savoir au fil, de ses interactions numériques.

Le Tweetbook est un livre produit à partir de l’ensemble des « tweets » d’une personne sur une période donnée. Il rassemble ainsi un matériel biographique déjà produit, donnant une dimension documentaire à un flux de micro messages. Pour créer son Tweetbook l’auteur entre les identifiants de son compte Twitter sur une borne interactive. Celui-ci est ensuite produit de manière automatique.  Le livre correspondant peut-être reçu gratuitement par email ou  imprimé à la demande sous la forme d’un véritable livre, une sorte d’autobiographie express.

Dans un premier temps, ce type de Tweetbook peut apparaitre comme une représentation curieuse de nos vies numériques.  Mais ceux qui le souhaitent peuvent utiliser le dispositif de manière plus créative, en créant un compte Twitter particulier que leur servira à écrire de un Tweetbook spécifique ou en produisant le Tweetbook correspondant à des Tweets d’objets connectés.

Nous ne sommes pas les premiers à produire des Tweetbooks. James Bridle avait notamment réalisé un premier exemple il y a quelques temps. Dans ce projet, nous avons tenté d’explorer les aspects formels et fonctionnels de ce nouveau type de livres : typographie et mise en page adaptée, mise en avant des tweets les plus retweetés, index des destinataires et des hashtags, graphes montrant l’évolution du nombre de tweets mois après mois. Nous avons aussi voulu proposer une première chaine industrielle pour la production d’objets de ce genre en l’associant à un service d’impression à la demande.

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 217 autres abonnés