Posts Tagged ‘dimensions’

Tout Rousseau en numérique

juin 27, 2012

Les éditions Slatkine et Honoré Champion ont présenté hier la monumentale édition des oeuvres complètes de Jean-Jacques Rousseau dans la maison natale du philosophe dans la vieille ville à Genève. Ce fut un évènement haut en couleur et en érudition. A cette occasion, j’ai présenté les grands principes de fonctionnement de la version numérique de ces oeuvres complètes, dont les éditions Slatkine nous ont fait l’honneur de nous confier la conception et la réalisation.

La mise en scène se prêtait bien à mon propos. J’avais en face de moi, sur une table basse, les imposants 24 volumes de l’édition papier et je présentais l’édition numérique sur un fin écran suspendu par deux fils au plafond. La question était donc : Comment faire rentrer un si imposant volume dans une si fine surface ?

Un monument de papier est par essence en trois dimensions. On peut le visiter comme un lieu. Nos repères et habitudes pour la navigation spatio-temporelle sont opérants. Selon l’échelle de la métaphore choisie, chaque volume est la pièce d’un appartement ou une ville d’un pays.

Sur une surface sans épaisseur, nous devons inventer des artifices supplémentaires pour compenser cette troisième dimension  tout d’un coup manquante. Voici quelques unes des idées, développées en particulier par notre designer Gael Paccard,  que nous explorons dans cette réalisation.

1. Des menus proportionnels aux contenus auxquels ils donnent accès

Sur une interface informatique classique, les menus hiérarchiques sont souvent identiques quel que soit la quantité de contenus auxquels ils donnent accès. Une des particularités de cette nouvelle édition des oeuvres complètes de Rousseau est qu’elle fait la part belle à des pans entiers de l’oeuvre du philosophe sur lesquels les éditions précédentes n’avaient pas porté autant d’attention. Les 2400 lettres occupent 7 volumes, les écrits sur la musique plus de 1500 pages. La nouvelle importance relative de ces différentes sections se perçoit d’un coup d’oeil sur l’édition papier, mais risquait de disparaitre dans la version numérique.

Nous avons donc choisi d’utiliser pour la navigation hiérarchique des menus verticaux, dont la hauteur de chaque section est proportionnelle au nombre de pages auxquelles elles donnent accès. L’utilisateur sait déjà mieux ce qui l’attend derrière chaque clic. Cette solution a également l’avantage de donner un profil visuel aux oeuvres complètes dans leur ensemble. Nous rappelons ce profil en permanence à gauche de l’interface de manière à permettre une navigation agile depuis n’importe quelle partie de l’oeuvre, vers n’importe quelle autre.

2. Des barres de navigation indiquant la densité textuelle des pages

Un problème similaire de navigation se pose au sein d’un livre donné. Les ascenseurs/sliders de navigation tels qu’ils sont utilisés dans certaines liseuses ne donnent qu’une information très pauvre visuellement. L’utilisateur voit simplement sa position relative par rapport au début et à la fin du livre. Nous avions introduit dès nos premiers Bookapps sur iPad, un procédé visuel simple et efficace en proposant des barres de navigations sous la forme d’histogrammes dans lesquels chaque page d’un livre est représentée par le nombre de mots qu’elle contient. Cette représentation, fine et dense (qui plairait sans doute assez à Edward Tufte pour cette raison), permet de voir synthétiquement les différentes structures du livre (changement de chapitre, passages avec illustrations, zones de notes) en les identifiant par leur densité textuelle relative. Maintenant que nos yeux sont informés, notre dextérité est suffisante pour placer le curseur où nous le souhaitons.

3. De nouvelles manières de circuler

Notre interface propose un moteur de recherche un peu particulier. Lorsque vous tapez « Luxembourg », vous trouverez bien sûr l’ensemble des pages où ce mot est présent, chacune présentée par un petit extrait donnant le contexte d’apparition du mot. Ces extraits sont regroupés par oeuvre. Vous pouvez à loisir effectuer cette recherche sur le livre que vous êtes en train de consulter, sur le thème auquel il appartient (par exemple « Confessions et documents autobiographiques ») ou sur l’ensemble des oeuvres complètes.

Au-dessus des résultats de recherche, vous trouverez également les noms des personnes mentionnés dans les oeuvres complètes qui correspondent au mot cherché, en l’occurrence ici, Charles-Francois-Frédéric de Montmorency-Luxembourg, maréchal-duc de Luxembourg et Madeline-Angélique, duchesse de Luxembourg. En choisissant un de ces deux noms, vous arrivez sur une page qui présente l’ensemble des apparitions de cette personne dans l’oeuvre de Rousseau, mais également le réseau social des personnes qui lui sont associées. Ce réseau est construit en calculant les cooccurrences (sur une mêmes page) de cette personne avec les autres personnes citées par Rousseau. Si deux personnes apparaissent ensemble sur plus de 5 pages dans toute l’oeuvre nous considérons qu’un lien les unit. Le maréchal du Luxembourg apparait par exemple très souvent avec sa femme la duchesse, mais aussi avec Louis de Neufville, duc de Villeroy. Pour comprendre le lien qui unit ces deux personnes, l’interface vous permet d’afficher les pages où elles apparaissent effectivement ensemble. Ce principe simple de navigation montre que se cache dans l’oeuvre de Rousseau un véritable « Facebook » du XVIIIe siècle. Notre interface se contente de l’expliciter.

4. Une ressource facilement citable

Étant donné que cette nouvelle édition est à ce jour la plus complète ressource disponible sur le philosophe, il nous semblait important qu’elle puisse être utilisée comme une ressource pour toutes les études futures de Rousseau publié sur le web. Chaque page de l’oeuvre est associée à une URL unique qui permet d’y faire référence dans un article, un email, un tweet, etc. La consultation de l’oeuvre est ensuite gratuite pendant 5 minutes, un temps suffisant pour prendre connaissance du passage en question. Pour une lecture plus longue ou une exploration plus vaste de cette édition, il faudra s’acquitter d’un droit d’accès avec une formule pour les particuliers et une formule pour les institutions.

Cette édition électronique sera disponible à la rentrée prochaine, mais il aurait été dommage de ne pas l’annoncer alors que « le citoyen de Genève » fête ce 28 juin ses 300 ans.

Eusèbe de Césarée, inventeur de l’Histoire en deux dimensions

juin 22, 2012

Je présentais dans le précédent billet le remarquable travail de Daniel Rosenberg sur les cartographies du temps. Il est également l’auteur d’une étonnante « Timeline of Timelines » publiée dans la revue Cabinet au printemps 2004. Cette timeline montre avec éloquence la lente et complexe construction des représentations graphiques du Temps et de l’Histoire. Elle nous invite à nous interroger sur la manière dont on pouvait se représenter le passé, le présent et le futur selon les époques. Un préalable nécessaire à toute interprétation.

Chacune des entrées de cette chronologie de chronologies mériterait une étude à elle seule. Dans cette morphogénèse progressive de l’espace historique, Les Chroniques d’Eusèbe de Césarée (~325) sont comme un point zéro. Il y avait certes de grands chronologues avant Eusebe, mais ils se contentaient de penser l’Histoire en une dimension. Eusebe est, semble-t-il, le premier à proposer un système de tables pour faire correspondre des évènements venant de traditions historiographiques diverses. Eusèbe compose en quelque sorte une pierre de rosette, permettant de traduire différentes traditions historiographiques et ainsi, il est le premier à tenter d’esquisser le début d’une histoire universelle en deux dimensions.

Eusèbe découvre aussi le pouvoir de la table comme technologie intellectuelle (dans le sens que Pascal Robert donne à ce terme) capable de révolutionner l’Histoire. Lignes et colonnes composent un espace structuré où le passage du Temps peut être appréhendé simultanément pour plusieurs civilisations. L’histoire des Babylionniens et l’histoire des Hébreux par exemple s’inscrivent ainsi pour la première fois dans un référentiel commun.  Mieux, les Chroniques mettent déjà en lumière des connexions géostratégiques, comme l’importance de l’Empire romain pour la diffusion de la foi chrétienne, le lien entre le développement des idées et celui des routes.

Les Chroniques seront reprises et complétées au fil des siècles. Elles serviront longtemps de canon chronologique. L’imprimerie contribuera encore à diffuser cette invention et renforcer le modèle de la table comme ossature de toute chronologie.

Canons d'Eusèbe de Césarée 1659

Canons d’Eusèbe de Césarée
1659

Avant Eusèbe, le temps était linéaire ou cyclique. C’était toujours une route dont ne peut pas vraiment s’éloigner. En plaçant les chronologies en deux dimensions, Eusebe étend implicitement l’espace des possibles.

Les représentations graphiques du temps caractéristiques d’une époque donnée fixent la géométrie de nos modes en pensées. Certaines choses ne sont tout simplement pas pensables si nous ne les avons jamais vues sous un certain angle. Interviewé lors de la parution du livre Cartographies of Times, Anthony Grafton argumente qu’au XVIIIe siècle c’est l’innovation graphique d’un chronographe comme Joseph Priestley qui permettra à Buffon de penser le temps long biologique et géologique (« Deep Time »).

Chart of History

Gardons donc à l’esprit que nos pensées sont intrinsèquement limitées par les représentations graphiques du Temps de notre époque ou qu’inversement elles seront peut-être demain libérées par des représentations visuelles synthétiques absolument inédites.

—-

Notes de bas de page

La page Wikipedia (consultation 24 juin 2012) sur le thème de la chronique universelle, donne des informations érudites et intéressantes sur la structure de l’oeuvre d’Eusèbe de Césarée.

(…) Eusèbe de Césarée (…) est resté comme le véritable père du genre chrétien de la Chronique universelle. Son œuvre en la matière, intitulée Histoire générale (Παντοδαπή ίστορία) se divisait en deux parties : dans la première, appelée Χρονογραφία, l’auteur s’efforçait d’établir, pour chaque peuple, la succession chronologique des grands événements de son histoire jusqu’à l’année 325 (date du Ier concile de Nicée) ; dans la seconde, intitulée Règle du calcul des temps (Κανών χρονικός), il s’agissait de dégager de ces diverses séries de faits, dans des colonnes parallèles, le synchronisme qui était l’objet ultime de l’ouvrage. La version originale grecque de l’ensemble de l’œuvre a été perdue comme telle, mais de très larges extraits de la Χρονογραφία se retrouvent en fait dans les chroniques byzantines postérieures, spécialement dans celle de Georges le Syncelle. Cependant, les deux parties ont été conservées, bien qu’avec des lacunes, dans une traduction arménienne retrouvée par hasard en 17825 et révélée en Occident en 1818 par deux publications bilingues arménien-latin concurrentes6 ; c’est cette traduction qui permit d’ailleurs de repérer les parties des chroniques byzantines qui étaient empruntées à Eusèbe. Deux résumés (epitomae) de l’œuvre en syriaque ont également été retrouvés au xixe siècle.

C’est seulement la deuxième partie, le Canon, qui a été connue traditionnellement en Occident dans la traduction latine de saint Jérôme(Chronicum ad annum Abrahae), où la chronologie est d’ailleurs prolongée jusqu’à l’avènement de Théodose Ier en 379.

La page précise également la structure de la Χρονογραφία

La Χρονογραφία est divisée en cinq parties : l’histoire des Babyloniens et des Assyriens, suivie de listes des rois d’Assyrie, de Médie, deLydie et de Perse ; puis l’histoire de l’Ancien Testament ; puis l’histoire de l’Égypte ; puis l’histoire grecque ; puis l’histoire romaine. Le texte est constitué pour partie de citations d’historiens antiques, dont souvent les œuvres ont été perdues (par exemple les Persica de Ctésias ou lesBabyloniaca de Bérose). Les récits babyloniens de la Création et du Déluge, par exemple, se trouvent chez Eusèbe, qui a dû les emprunter directement ou indirectement à Bérose.

Et celle du  Κανών  χρονικός

Quant au Canon, il s’agit donc d’une série de tables chronologiques avec de courtes notices historiques. Le point de départ est la date supposée de la naissance d’Abraham, et c’est à partir de là que tout le reste est daté et synchronisé. Auprès des « années d’Abraham » sont placées les années de règne (début et fin) des souverains de différents royaumes. Voici un passage du Canon tel qu’il apparaît dans le manuscrit de la bibliothèque bodléienne de la traduction latine de saint Jérôme :

      LXXVIII Olymp. Herodotus historiarum
                     scriptor agnoscitur
      XVIII      Bacchylides et Diag-
                           rus atheus      XXXVI
             sermone plurimo cele-
                             brantur
     MDL. XVIIII   Zeuxis pictor agnosci-
                              ur, etc.    XXXVII

Les « années d’Abraham » sont données par décennies (ici, MDL représente la 1550e année après la naissance d’Abraham). Nous sommes donc dans la 78eolympiade ; XVIII et XVIIII (18 et 19) sont les années de règne de Xerxès Ier, roi des Perses, XXXVI et XXXVII (36 et 37) celles d’Alexandre Ier, roi de Macédoine. Les événements-repères correspondants sont donc donnés sur la même ligne.

Les chronologies données par le Chronicum de saint Jérôme et par la version arménienne sont divergentes notamment dans les listes épiscopales : il a été montré que cette différence était due à une mauvaise transmission dans le document arménien7. En tout cas, le Κανώνd’Eusèbe constitue le plus grand travail chronologique de toute l’Antiquité, et c’est l’un des fondements sur lesquels repose encore notre connaissance des dates pour une notable partie de l’histoire antique8.

J’imagine de jolis projets à faire en digital humanities sur ces sujets. D’abord tracer l’arbre génétique le plus complet possible de tous les descendants des Chroniques, avec leurs modifications et ajouts successifs. Placer évidemment cette évolution du contenu dans une perspective à la fois temporelle et spatiale. Voir comment, dans le temps et l’espace, la représentation régulée inventée par Eusèbe se diffuse et se perfectionne.

Symétriquement, il serait magnifique de tenter de reconstituer visuellement à partir de ces textes la structure du passé associé à chaque instance de ces chroniques. Il s’agirait en quelque sorte d’observer visuellement la morphogénèse de l’Histoire dans le temps et l’espace ainsi que les processus de convergence et de divergence associés.


				

Les trois futurs des livres-machines

février 10, 2012

Je participe ce lundi 13 Février à une conférence débat au Centre Pompidou sur l’évolution machinique du livre organisée par Xavier de la Porte et Hubert Guillaud. Je me réjouis de la discussion avec Etienne Mineur et Alain Giffard sur ces questions. En préparation à cette rencontre j’ai rédigé ce billet qui résume une partie de mes réflexions sur les trois devenir machiniques possibles pour le livre. 

L’erreur la plus commune dans les discussions au sujet du futur du livre imprimé consiste à placer le débat sur les avantages et les défauts respectifs du papier et du digital. Il me semble qu’il ne sert à rien d’opposer deux expériences de lecture. Quelques dizaines d’années après l’invention de Gutenberg, les livres imprimés ressemblaient à si méprendre à leurs homologues papier. L’expérience utilisateur était la même. Pourtant quelque chose de fondamental avait changé dans leur mode de production.

Il est donc crucial de sentir les grandes tendances technologiques qui silencieusement sont en train de tracer les futurs possibles pour le livre. Dans ce billet, je propose de replacer l’évolution des livres dans le cadre plus général d’une théorie de l’évolution des représentations régulées. Une représentation régulée est une représentation dont la production et l’usage est soumis à un ensemble de règles. Un annuaire, une table de compte, un arbre généalogique, un diagramme de production, une carte d’une région, une encyclopédie, une feuille Excel, une présentation PowerPoint sont autant d’exemple de représentations régulées. La plupart des représentations régulées tendent vers plus de régulations au fil du temps (il y a des exceptions comme l’expression poétique qui au contraire tend vers la dérégulation).

Le processus général de cette régularisation est la transformation de conventions en mécanismes. Cette mécanisation procède en deux étapes successives :
(1) La mécanisation des règles de production
(2) La mécanisation des règles d’usage.

Au travers de cette double mécanisation les représentations régulées finissent par devenir de véritables machines.

Comment les cartes sont devenues des machines ?

Au XIVe siècles il y avait encore très peu de règles sur la manière de dessiner une carte géographique. Comme on peut le voir sur cette carte, aucune des conventions maintenant classiques (échelle, orientation vers le nord) n’était à cette époque encore en place. 150 ans plus tard, comme le montre cette carte du XVIe siècle tout ces éléments sont maintenant en place. Un véritable savoir-faire tend pour la mesure que pour la représentation s’est constitué. La carte, encore entièrement faite à la main s’est standardisée. Prenons maintenant cette carte du XXIe siècle montrant la profondeur des océans. Sa production n’inclut presque plus aucun processus manuel. Elle a été entièrement mécanisée. La mécanisation des règles de production est maintenant complète, mais son usage est encore régie par des conventions.

Le passage des cartes traditionnelles à des systèmes d’information géographique comme Google maps illustre la seconde phase du processus de mécanisation. Cette seconde mécanisation a quatre conséquences remarquables :
1. En devenant machine, la carte a internalisé ses propres usages. Les cartes machines sont plus puissantes que les cartes traditionnelles mais toutes les opérations possibles avec elles sont spécifiées à l’avance. Vous ne pouvez pas vous servir d’une carte machine comme parapluie ou paquet cadeau ! Ce passage est celui de l’outil à la machine. Vous pouvez vous servir d’un marteau comme presse papier, un usage non conventionnel. Impossible de faire cela avec une presse industrielle.
2. En devenant machines, les cartes tendent à s’agréger ensemble pour ne devenir qu’une seule carte. Il s’agit sans doute d"une propriété générale : Au fur et à mesure que les représentations régulées deviennent plus régulières, elles tendent à s’agréger sous la forme de systèmes unifiés. C’est un cas particulier du processus de concrétisation étudié par Gilbert Simondon.

3. En devenant machines, les cartes tendent à perdre leur stabilité pour ne devenir qu’un instant de pause dans un flux perpétuel. Google maps est fondamentalement une vidéo que nous consultons sur pause.

4. En devenant machines, les cartes changent de modèle commercial. Les services cartographiques sont proposés gratuitement mais en échange de la récupération des traces et des ajouts des utilisateurs. Leur valeur d’usage a augmenté et en même temps leur valeur d’échange pour l’utilisateur est devenue nulle. Ceux qui proposent ces services gratuits accumulent du capital linguistique et sémantique, lui-même monnayable.

Ce qui s’est passé pour les cartes s’est également passé pour plusieurs autres représentations régulées, comme l’évolution des tableaux en tableurs.

Que peut-on en déduire pour l’évolution du livre imprimé ?

Les livres sont des représentations régulées. Leur production a déjà été entièrement mécanisée. Il y a donc une pression forte pour à présent mécaniser leur usages conventionnels et en faire des machines complètes. Par analogie, nous devrions nous attendre à observer 4 bouleversements :

1. La transition du livre outil au livre machine intégrant sa propre interactivité.
2. L’agrégation de tous le livres-machines en l’équivalent d’un seul grand livre.
3. L’évolution du livre comme document stable en un document dépendant du temps.
4. L’arrivée d’un nouveau modèle commercial où  l’usage des livres aura plus de valeur d’échange que les livres eux-mêmes.

Certes un livre n’est pas vraiment comme une carte. Une carte est une représentation régulée de dimension 2. Un livre est un volume, une conteneur, une représentation régulée de dimension 3. Le livre peut accueillir des représentations de dimensions 2 : texte mise en page, cartes, diagramme, arbres, tables, etc. Parce qu’il est un volume fermé, le livre offre une solution pour organiser un discours dans l’espace. Il a une fonction “architecturante” permettant d’accueillir les narrations riches et les démonstrations complexes.

Chaque genre de livres est associé à des règles de structuration conventionnelles. La première mécanisation du livre commençant avec l’imprimerie a transformé ces règles en mécanismes. L’informatisation n’a fait que prolonger cette mécanisation en permettant une gestion souple de ces modèles structurels. En principe, la seconde étape du processus de mécanisation, la transformation des usages en mécanismes, devraient donner encore plus de pouvoir à l’auteur-architecte.

Mais comme les cartes, en devenant machines, les livres tendent à s’agréger en un seul grand livre, perpétuellement remanié. Ce grand livre-machine n’est rien d’autre que l’Encyclopédie. Depuis le XVIIIe siècle, l’Encyclopédie et le Livre sont porteurs de valeurs opposées. Le livre se définit par sa clôture, l’Encyclopédie est toujours en expansion. Le Livre se prête aux parcours linéaire, l’Encyclopédie suit une logique d’accès aléatoire. Fonction architecturante contre fonction totalisante, le Livre structure un discours quand l’Encyclopedie essaie d’englober le monde. Le Livre compose quand l’Encyclopédie décompose.

Dès ses premières incarnations éditoriale, L’Encyclopédie s’est trouvée à l’étroit sous forme de volumes imprimés. Dès qu’elle l’a pu l’encyclopédisme s’est incarné dans les technologies du réseau. L’ordinateur mondial qui s’est constitué avec le web est basé sur les principes et les motivations de l’encyclopédisme. Son action de description/décomposition s’est appliquée à l’ensemble de la culture.

L’Encyclopédie décompose tous les objets structurés. Elle extrait leur “contenu” et en fait un réseau. Les albums sont devenus des ensembles de chansons. Les journaux des ensembles d’articles. Elle fera des livres la même chose : une collection de pages, une collection de mots.

Les trois futurs des livres-machines

Percevant cette dynamique globale, nous pouvons voir se dessiner trois futurs pour les livres-machines

A. Les livres deviennent des ressources standardisées dans le système encyclopédique global

B. Les livres se réinventent sous la forme d’applications fermées et immersives

C. Après les écrans, les livres papiers deviennent des interfaces structurantes pour accéder à l’ordinateur planétaire.

A. L’Encyclopédie

Ce scénario correspond à la tendance dominante. Les livre sont déjà en train de devenir des ressources standardisées. Cette standardisation opère sur trois niveaux

- Des formats standards pour décrire le contenu d’un livre se mettent en place : ePub, TEI. A partir de ces descriptions standardisées, il est possible de produire plusieurs mises en pages selon les interfaces de lecture utilisées.

- La décomposition se poursuit au plan sémantique. Les textes et les images utilisées peuvent elles aussi être associés à “noeuds sémantiques” bien définis (des lieux bien définis, des personnes bien définies, des citations bien définies). Ces noeuds sémantiques servent de pivots entre les livres standardisés. D’autres types de modélisations plus ou moins sophistiquées sont également tentées, l’objectif étant d’accumuler du capital sémantique.

- La décomposition se poursuit en incluant l’usage des livres. De nouveaux formats ouverts sont aujourd’hui à l’étude pour décrire les chemins de lecture, les notes, les prêts de livres entre lecteurs. Toute la trajectoire de vie d’un livre standardisé va elle-même être décrite de manière standard. Ces “reading analytics” vont sans doute constituer un minerai de valeur exploitable économiquement.

Cette standardisation sur trois niveaux est couplée à une “digitalisation” massive. Le terme “digitalisation” décrit en fait une extraction et standardisation du contenu de millions de livres. Ces livres deviennent des données d’une immense base de données qui intègre également de nombreuses autres informations sur nos pratiques de lecteur et plus généralement sur nos vies.
L’absorption du Livre par l’Encyclopédie inaugure l’âge des lectures industrielles, pour reprendre le terme d’Alain Giffard.

B. Les applications

Alternative à l’encyclopédisme, les applications retrouvent la forme close des livres qui en faisait des îles, des réservoirs d’innovation. Les applications offrent plus de contrôles à leurs concepteurs, permettent l’utilisation des dernières ressources techniques (multitouch, GPS, accéléromètre), permettent des utilisations non connectées, peuvent inclure des vidéos, des simulations, des jeux et sont encore peu standardisées.

Les applications sont des conteneurs qui peuvent inclure des médias de dimensions 4. Elles peuvent offrir des services similaires à celles d’un site mais sont animées par une logique différente : fermeture et contrôle, la logique du livre.

Beaucoup critiquent leur fermeture en argumentant sur les bases de l’idéologie de l’Encyclopédie: ouverture, échange, partage. En l’absence de standard, le contenu des applications pourrait être difficile à lire dans quelques années.  Mais protégées par leur carapace, les applications permettent véritablement d’explorer la seconde phase de mécanisation du livre, les différentes manières dont le livre peut internaliser ses propres interactions. Les auteurs et les éditeurs peuvent concevoir de manière beaucoup plus précise l’expérience qu’ils souhaitent offrir à leurs lecteurs : des livres de cours plus pédagogiques, des romans plus immersifs, des guides voyages plus contextuels, des magazines plus divertissants, des articles plus érudits…  mais aussi des types de livres complètement nouveaux … des livres qui changent selon le moment et l’endroit où on les lit, des livres qui apprennent au fur et à mesure qu’ils sont lus et tous les autres possibles qu’offrent les livres algorithmiques.

Malheureusement, les nouveaux contenus peuvent être longs et difficiles à produire, ne fonctionner que sur les machines les plus récentes. Les éditeurs n’ont pas les budgets pour se lancer dans des créations ambitieuses. Comme ce fut le cas avec le CD-rom, ces obstacles  pourraient mettre en péril cette lignée dans l’évolution du livre.

C. Le papier comme interface

Il y une troisième voies qu’explore actuellement des artistes-ingénieurs comme Etienne Mineur ou des chercheurs dans le cadre des premières recherches sur le Paper Computing. Le papier et livre sont des interfaces extraordinaires qui peuvent maintenant être utilisées pour contrôler avec précision n’importe quel système informatique. Ils constituent peut-être l’avenir de nos écrans tactiles. Un livre relié permet d’organiser une séquence d’activités dans le temps et l’espace. Loin d’un recul, ce serait le retour de la fonction "architecturante" et des qualités ergonomiques du codex.

Dans cette approche, non seulement le livre papier ne va pas disparaître, mais il pourrait bien devenir une interface privilégiée pour d’autres activités que la lecture. Demain, nous pourrons choisir notre musique grâce à des livres, programmer notre télévision grâce à des livres, obtenir des informations sur Internet grâce à des livres. Un des avenir du livre papier pourrait donc être de devenir une interface efficace, bon marché, facile à produire et durable pour le monde numérique.

Ceux qui croient que l’avenir du livre passe nécessairement par les écrans font probablement un rapprochement trop rapide avec l’évolution récente du monde de la musique. Certes, nous assistons aujourd’hui à la constitution de très grandes bibliothèques de livres numérisés qui font penser aux « bibliothèques musicales » qui sont aujourd’hui très répandues. Mais la mort programmée du CD, support « classique » de la musique il y a encore quelques années, et l’avènement des baladeurs numériques, n’annoncent pas forcément par une analogie simpliste, la mort du livre et l’avènement des "liseuses". Que le CD disparaisse à plus ou moins brève échéance n’a aucune importance : c’est un objet aujourd’hui dépassé, qui n’a pas d’existence autre que de se faire lire par une machine. Au contraire du CD, le livre est un objet-interface qui dispose d’un grand nombre d’atouts. Autonome et léger, il offre des possibilités interactives très intéressantes. Par exemple, nous sommes capables en quelques dizaines de secondes de retrouver un mot dans un dictionnaire parmi des dizaines de milliers. Difficile, sans clavier, de retrouver un morceau sur votre balladeur avec une bibliothèque de cette taille. De même, nous pouvons parcourir rapidement la structure d’un livre pour acquérir une première idée, superficielle certes mais tout de même précieuse, de ce qu’il contient. Impossible de faire de même avec les fichiers de son ordinateur personnel. Ces atouts permettent de penser que le livre, en tant qu’interface, a encore de beaux jours devant lui et qu’il est probablement même capable d’investir de nouveaux territoires pour le moment dominés par les interfaces électroniques — clavier et souris et interaction tactiles qui sont aujourd’hui nos modes d’accès par défaut vers les informations numérisées.

Nuançons néanmoins cet enthousiasme en rappelant que cette approche est aujourd’hui essentiellement encore du domaine de la recherche et de l’expérimentation, quand parallèlement le processus de transformation des livres en une immense encyclopédie mondiale tourne à plein régime, supposant, à tord ou à raison, que les pages des livres se liront préférentiellement sous la forme d’images derrières des vitres.

Prédictions faciles

Voici donc esquissés trois futurs des livres-machines. Est-ce que c’est trois systèmes industriels cohabiteront ? Tentons quelques prédictions faciles. Les publications les plus proches de la logique de l’Encyclopédie seront les premiers entièrement machinisés, intégrant l’ordinateur planétaire. Cela concerne typiquement les Encyclopédies, dictionnaires, publications scientifiques, livres de cuisines, guides de voyages … Les publications les plus lointaines de la logique de l’Encyclopédie resteront sous format papier, augmenté ou non, et exploreront en parallèle les machinisations sous forme d’applications. Nous pensons ici surtout aux livres pour enfants et aux romans.

Certains éditeurs vont réaliser qu’ils ne publient pas simplement des livres ou des magazines mais qu’ils gèrent en fait des corpus encyclopédiques. Ils vont les exploiter numériquement en explorant de nouveaux modèles commerciaux, sans doute à terme basé sur la gratuité. D’autres se spécialiseront dans une industrie multimédia de qualité, assez proche dans sa logique économique du monde du cinéma, mêlant potentiellement papier et digital. Ce seront probablement eux les véritables explorateurs des nouvelles potentialités du livre devenu machine.

Le livre-papier comme projection du livre-machine

janvier 27, 2011

Dans un billet stimulant, Thierry Crouzet se demande si on ne pourrait pas considérer un livre papier comme la projection en deux dimensions d’un livre électronique de dimension supérieure. J’aimerais approfondir ici cette idée de projection, m’appuyant comme souvent sur les réflexions éclairantes de Pascal Robert sur ces questions qu’il développe dans son livre sur les Mnemotechnologies.

Dimension 0 : les mots

Une langue permet d’exprimer une réalité dans nombre n de dimensions, projections partielles d’un monde dont les dimensions sont potentiellement infini ou tout au moins très grandes. Mais la langue n’est pas en tant que telle représentable. On ne peut la percevoir que par des projections sommaires et évidemment très partielle  : dictionnaires, recueils de règles de grammaires,  corpus de textes, etc. A défaut de pouvoir représenter la langue, nous pouvons tenter dans la décomposer dans ses éléments atomiques. Au cœur du pouvoir expressif multidimensionnel d’une langue, le mot constitue un point, un objet de dimension zero, par définition insécable.

Dimension 1 : les textes

Sous la forme de séquences de mots liés les uns avec les autres, paroles et textes se déploient linéairement. Ce sont des objets unidimensionnels, des lignes. Représenter la réalité sous cette forme est évidemment un défi. C’est l’impossible mission de la littérature et du discours scientifique. D’une certaine manière, les hommes n’ont cessé d’essayer d’échapper à cette emprise de la dimension 1 en inventant des technologies pour s’exprimer dans des dimensions supérieures.

Dimension 2 : les pages, cartes, diagrammes, tableaux, arbres

En inventant la carte, les diagrammes, les graphes, les tableaux, les arbres, nous avons pu déployer nos idées en deux dimensions, les organiser dans le plan. Pour produire un document de dimension 2, nous pouvons soit prendre du matériel de dimension 1, un texte par exemple et le projeter sur un plan. Il faut pour cela le "mettre en page", l’organiser sous forme de lignes et de colonnes, l’ordonner en profitant de la liberté de ce nouvel espace. Appelons ce type de projection d’un espace de dimension inférieure vers un espace de plus grand dimension une expansion (Pascal Robert utilise le terme Traitement que je trouve un peu abstrait).

Nous pouvons également utiliser un document de dimension 2 pour représenter une réalité qui se présente elle-même sous forme plane ou d’une manière générale qui a une nature surfacique. C’est le rôle des plans, des cartes géographiques. Parce que la représentation a plus ou moins la même dimension que ce qu’elle représente il devient possible de naviguer de manière intuitive entre ces deux espaces même s’il y a parfois des problèmes d’isomorphies (p.e. la surface d’une sphère représenté sur une carte n’est en fait pas plane).

Enfin, un document de dimension 2 peut représenter une réalité de dimension supérieure, par exemple une objet en trois dimension, en le projetant selon une perspective particulière.

Dimension 3: Les livres papiers

Le livre papier n’est pas un objet de dimension 2. Il faut le penser comme un objet de dimension 3:  un lieu, un conteneur, un classeur de document de dimension 2. De la même manière que le texte s’organise sur la page, en passant de la dimension 1 à la dimension 2, le livre organise les pages, les cartes et les tableaux en passant de la dimension 2 à la dimension 3. Il articule dans l’espace une accumulation d’objets potentiellement hétéroclites. Par livres papiers nous entendons aussi bien les premiers Codex que les livres aujourd’hui imprimés et reliés par des machines. Alors que le rouleau reste prisonnier de la dimension 2, ne parvenant pas à obtenir une profondeur stable (il s’écrase quand on veut lui donner un volume), le livre,  lui, en tant qu’espace de dimension 3, donne un structure spatiale à la pensée exprimée. C’est la fonction architecturante dont j’ai déjà traitée.

La longue histoire du livre papier nous a montré que celle forme est capable d’accueillir des représentations d’une étonnante complexité, de rendre compte de réalité de dimensions extrêmement supérieures à la dimension 3. L’Encyclopédie pensée dans son projet comme un livre-bibliothèque en perpétuelle expansion, accueille  les connaissances du monde dans son ensemble, passées, présentes et futures. Pendant longtemps, elle n’a rempli cette mission que sous la forme d’une collection de livres papiers.

Dimension 4: Les vidéos

Pour capturer la 4eme dimension, c’est à dire le temps, la vitesse, la cinématique, le flux, nous avons du inventer encore d’autres technologies. Techniques photographiques et cinématographiques utilisent le mouvement pour capturer le mouvement pour le cartographier, comme le plan représente le paysage, toujours avec une échelle, une perspective, un cadre particulier. Comme pour les autres technologies, il devient possible d’étendre en 4D des représentations de dimensions inférieures (fluidification de documents textuel, graphique, etc) et d’obtenir ainsi de nouvelles manière de les ordonner et de les organiser.

Dimension n>4 : Les machines informatiques et les livres-machines

Les machines informatiques, décrites à partir de langages qui leur permettent non seulement d’organiser des documents de dimension 1 à 4 dans des espaces complexes mais d’intégrer la définition de leur propre interactivité appartiennent à des dimensions supérieures ou égale à 4. Elles peuvent étendre ces documents de dimension inférieure en les tissant les uns aux autres de manière interactive. Elles permettent de rendre compte des articulations de phénomènes de dimensions supérieures.

Les livres "électroniques" pensés comme des machines informatiques, appartiennent naturellement à cette dernière catégorie. Leur complexité expressive varient évidemment selon le format ou le langage dans lesquels ils sont décrits. Certains formats de fichiers ne permettent pas du tout l’exploration des dimensions supérieures à 4.  Par exemple, le format ePub ne permet de décrire que des hypertextes simples dont la dimension est probablement inférieure à 2 (la question de la dimension d’un hypertexte est un sujet de recherche en soi). Mais cette faible dimension, rend la production de ces fichiers en partie automatisable à partir de descriptions de dimensions supérieure. A titre d’exemple il est possible de produire sans véritable difficulté, un ePub à partir d’un Bookapp. En ce sens le schéma de Thierry Crouzet est tout à fait juste (même si je ne mettrais pas l’hypertexte au dessus du livre-papier).

Expansion de livres-papiers sous forme de livres-machines

Aujourd’hui une grande partie des efforts de l’édition numérique consiste à adapter des livres-papiers en livres-machines, c’est à dire à les projeter de la dimension 3 vers une dimension supérieure. De la même manière qu’il n’est pas évident d’adapter un texte en vidéo, le grande liberté que permet l’expansion d’un livre-papier en livre-machine n’est en général exploitée que très timidement. Il nous faudra du temps avant de prendre nos marques dans cet espace large, avant de savoir en exploiter les multiples articulations de manière pertinente.

Projection de livres-machines sous forme de livres-papiers

Symétriquement, ce qui est intéressant dans les perspectives de projections de livres-machines vers des livres-papiers, c’est qu’elles permettent d’anticiper un futur où interfaces de lecture papier et digitale coexistent de manières complémentaires. Déjà, plusieurs éditeurs avec lesquels nous travaillons ont décidé de publier certains de leur titres d’abord en Bookapp puis, si ces oeuvres rencontrent leur public, de les produire ensuite sous format papier (cette traduction du livre de Daniel Kaplan par exemple)

Mais il est clair que le processus de projection d’un livre-machine vers un livre-papier donne une flexibilité nouvelle. Par quel procédés de recadrages, les extensions multidimensionnelles que le livre-machine permet pourront elles trouver place sous une forme imprimée ? Nous avons déjà quelques éléments de réponses. Mon dernier livre, la métamorphose des objets, est, d’une certaine manière, un livre-machine où chaque page est extensible par les lecteurs. Aucun problème pour autoriser ce type d’interaction avec le format Bookapp (voir le premier chapitre ici). Sous format papier nous avons utilisé le double procédé de mini-URL et de QRCode placés en bas de chaque page pour faire le lien entre le papier imprimé et les extensions apportées par les autres lecteurs stockées sur un serveur. C’est une technique de projection possible. Il en existe de nombreuses autres.

Ce genre de procédés peut être systématisé. Nous travaillons aujourd’hui sur un mécanisme qui permettra de produire automatiquement à partir d’un livre au format Bookapp, une version papier intégrant annexes hypertextes et utilisant URL et QR Code de façon pertinente pour pouvoir ainsi bénéficier du confort de lecture et des avantages pratiques du livre traditionnel mais également d’introduire dans le format papier une partie des extensions possibles avec les livres-machines. Peut-être est-ce au lecteur lui-même de  décider au moment de l’achat, le type de projection/recadrage qu’il souhaite.

Ainsi se dessinent les contours d’un monde où les livres seront produits sous forme de matrices informatiques capables de se projeter sur de multiples documents de dimensions plus faibles :  textes, hypertextes, livres-papiers, chacun adapté à des contextes de lecture différents. Dans ce monde, le livre "traditionnel" gardera finalement une forme assez proche de sa forme actuelle. Mais pensé comme projection d’un document-machine de plus grande dimension, son mode de production sera par contre complètement différent.

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 205 autres abonnés