Posts Tagged ‘livre-machine’

Les trois futurs des livres-machines

février 10, 2012

Je participe ce lundi 13 Février à une conférence débat au Centre Pompidou sur l’évolution machinique du livre organisée par Xavier de la Porte et Hubert Guillaud. Je me réjouis de la discussion avec Etienne Mineur et Alain Giffard sur ces questions. En préparation à cette rencontre j’ai rédigé ce billet qui résume une partie de mes réflexions sur les trois devenir machiniques possibles pour le livre. 

L’erreur la plus commune dans les discussions au sujet du futur du livre imprimé consiste à placer le débat sur les avantages et les défauts respectifs du papier et du digital. Il me semble qu’il ne sert à rien d’opposer deux expériences de lecture. Quelques dizaines d’années après l’invention de Gutenberg, les livres imprimés ressemblaient à si méprendre à leurs homologues papier. L’expérience utilisateur était la même. Pourtant quelque chose de fondamental avait changé dans leur mode de production.

Il est donc crucial de sentir les grandes tendances technologiques qui silencieusement sont en train de tracer les futurs possibles pour le livre. Dans ce billet, je propose de replacer l’évolution des livres dans le cadre plus général d’une théorie de l’évolution des représentations régulées. Une représentation régulée est une représentation dont la production et l’usage est soumis à un ensemble de règles. Un annuaire, une table de compte, un arbre généalogique, un diagramme de production, une carte d’une région, une encyclopédie, une feuille Excel, une présentation PowerPoint sont autant d’exemple de représentations régulées. La plupart des représentations régulées tendent vers plus de régulations au fil du temps (il y a des exceptions comme l’expression poétique qui au contraire tend vers la dérégulation).

Le processus général de cette régularisation est la transformation de conventions en mécanismes. Cette mécanisation procède en deux étapes successives :
(1) La mécanisation des règles de production
(2) La mécanisation des règles d’usage.

Au travers de cette double mécanisation les représentations régulées finissent par devenir de véritables machines.

Comment les cartes sont devenues des machines ?

Au XIVe siècles il y avait encore très peu de règles sur la manière de dessiner une carte géographique. Comme on peut le voir sur cette carte, aucune des conventions maintenant classiques (échelle, orientation vers le nord) n’était à cette époque encore en place. 150 ans plus tard, comme le montre cette carte du XVIe siècle tout ces éléments sont maintenant en place. Un véritable savoir-faire tend pour la mesure que pour la représentation s’est constitué. La carte, encore entièrement faite à la main s’est standardisée. Prenons maintenant cette carte du XXIe siècle montrant la profondeur des océans. Sa production n’inclut presque plus aucun processus manuel. Elle a été entièrement mécanisée. La mécanisation des règles de production est maintenant complète, mais son usage est encore régie par des conventions.

Le passage des cartes traditionnelles à des systèmes d’information géographique comme Google maps illustre la seconde phase du processus de mécanisation. Cette seconde mécanisation a quatre conséquences remarquables :
1. En devenant machine, la carte a internalisé ses propres usages. Les cartes machines sont plus puissantes que les cartes traditionnelles mais toutes les opérations possibles avec elles sont spécifiées à l’avance. Vous ne pouvez pas vous servir d’une carte machine comme parapluie ou paquet cadeau ! Ce passage est celui de l’outil à la machine. Vous pouvez vous servir d’un marteau comme presse papier, un usage non conventionnel. Impossible de faire cela avec une presse industrielle.
2. En devenant machines, les cartes tendent à s’agréger ensemble pour ne devenir qu’une seule carte. Il s’agit sans doute d"une propriété générale : Au fur et à mesure que les représentations régulées deviennent plus régulières, elles tendent à s’agréger sous la forme de systèmes unifiés. C’est un cas particulier du processus de concrétisation étudié par Gilbert Simondon.

3. En devenant machines, les cartes tendent à perdre leur stabilité pour ne devenir qu’un instant de pause dans un flux perpétuel. Google maps est fondamentalement une vidéo que nous consultons sur pause.

4. En devenant machines, les cartes changent de modèle commercial. Les services cartographiques sont proposés gratuitement mais en échange de la récupération des traces et des ajouts des utilisateurs. Leur valeur d’usage a augmenté et en même temps leur valeur d’échange pour l’utilisateur est devenue nulle. Ceux qui proposent ces services gratuits accumulent du capital linguistique et sémantique, lui-même monnayable.

Ce qui s’est passé pour les cartes s’est également passé pour plusieurs autres représentations régulées, comme l’évolution des tableaux en tableurs.

Que peut-on en déduire pour l’évolution du livre imprimé ?

Les livres sont des représentations régulées. Leur production a déjà été entièrement mécanisée. Il y a donc une pression forte pour à présent mécaniser leur usages conventionnels et en faire des machines complètes. Par analogie, nous devrions nous attendre à observer 4 bouleversements :

1. La transition du livre outil au livre machine intégrant sa propre interactivité.
2. L’agrégation de tous le livres-machines en l’équivalent d’un seul grand livre.
3. L’évolution du livre comme document stable en un document dépendant du temps.
4. L’arrivée d’un nouveau modèle commercial où  l’usage des livres aura plus de valeur d’échange que les livres eux-mêmes.

Certes un livre n’est pas vraiment comme une carte. Une carte est une représentation régulée de dimension 2. Un livre est un volume, une conteneur, une représentation régulée de dimension 3. Le livre peut accueillir des représentations de dimensions 2 : texte mise en page, cartes, diagramme, arbres, tables, etc. Parce qu’il est un volume fermé, le livre offre une solution pour organiser un discours dans l’espace. Il a une fonction “architecturante” permettant d’accueillir les narrations riches et les démonstrations complexes.

Chaque genre de livres est associé à des règles de structuration conventionnelles. La première mécanisation du livre commençant avec l’imprimerie a transformé ces règles en mécanismes. L’informatisation n’a fait que prolonger cette mécanisation en permettant une gestion souple de ces modèles structurels. En principe, la seconde étape du processus de mécanisation, la transformation des usages en mécanismes, devraient donner encore plus de pouvoir à l’auteur-architecte.

Mais comme les cartes, en devenant machines, les livres tendent à s’agréger en un seul grand livre, perpétuellement remanié. Ce grand livre-machine n’est rien d’autre que l’Encyclopédie. Depuis le XVIIIe siècle, l’Encyclopédie et le Livre sont porteurs de valeurs opposées. Le livre se définit par sa clôture, l’Encyclopédie est toujours en expansion. Le Livre se prête aux parcours linéaire, l’Encyclopédie suit une logique d’accès aléatoire. Fonction architecturante contre fonction totalisante, le Livre structure un discours quand l’Encyclopedie essaie d’englober le monde. Le Livre compose quand l’Encyclopédie décompose.

Dès ses premières incarnations éditoriale, L’Encyclopédie s’est trouvée à l’étroit sous forme de volumes imprimés. Dès qu’elle l’a pu l’encyclopédisme s’est incarné dans les technologies du réseau. L’ordinateur mondial qui s’est constitué avec le web est basé sur les principes et les motivations de l’encyclopédisme. Son action de description/décomposition s’est appliquée à l’ensemble de la culture.

L’Encyclopédie décompose tous les objets structurés. Elle extrait leur “contenu” et en fait un réseau. Les albums sont devenus des ensembles de chansons. Les journaux des ensembles d’articles. Elle fera des livres la même chose : une collection de pages, une collection de mots.

Les trois futurs des livres-machines

Percevant cette dynamique globale, nous pouvons voir se dessiner trois futurs pour les livres-machines

A. Les livres deviennent des ressources standardisées dans le système encyclopédique global

B. Les livres se réinventent sous la forme d’applications fermées et immersives

C. Après les écrans, les livres papiers deviennent des interfaces structurantes pour accéder à l’ordinateur planétaire.

A. L’Encyclopédie

Ce scénario correspond à la tendance dominante. Les livre sont déjà en train de devenir des ressources standardisées. Cette standardisation opère sur trois niveaux

- Des formats standards pour décrire le contenu d’un livre se mettent en place : ePub, TEI. A partir de ces descriptions standardisées, il est possible de produire plusieurs mises en pages selon les interfaces de lecture utilisées.

- La décomposition se poursuit au plan sémantique. Les textes et les images utilisées peuvent elles aussi être associés à “noeuds sémantiques” bien définis (des lieux bien définis, des personnes bien définies, des citations bien définies). Ces noeuds sémantiques servent de pivots entre les livres standardisés. D’autres types de modélisations plus ou moins sophistiquées sont également tentées, l’objectif étant d’accumuler du capital sémantique.

- La décomposition se poursuit en incluant l’usage des livres. De nouveaux formats ouverts sont aujourd’hui à l’étude pour décrire les chemins de lecture, les notes, les prêts de livres entre lecteurs. Toute la trajectoire de vie d’un livre standardisé va elle-même être décrite de manière standard. Ces “reading analytics” vont sans doute constituer un minerai de valeur exploitable économiquement.

Cette standardisation sur trois niveaux est couplée à une “digitalisation” massive. Le terme “digitalisation” décrit en fait une extraction et standardisation du contenu de millions de livres. Ces livres deviennent des données d’une immense base de données qui intègre également de nombreuses autres informations sur nos pratiques de lecteur et plus généralement sur nos vies.
L’absorption du Livre par l’Encyclopédie inaugure l’âge des lectures industrielles, pour reprendre le terme d’Alain Giffard.

B. Les applications

Alternative à l’encyclopédisme, les applications retrouvent la forme close des livres qui en faisait des îles, des réservoirs d’innovation. Les applications offrent plus de contrôles à leurs concepteurs, permettent l’utilisation des dernières ressources techniques (multitouch, GPS, accéléromètre), permettent des utilisations non connectées, peuvent inclure des vidéos, des simulations, des jeux et sont encore peu standardisées.

Les applications sont des conteneurs qui peuvent inclure des médias de dimensions 4. Elles peuvent offrir des services similaires à celles d’un site mais sont animées par une logique différente : fermeture et contrôle, la logique du livre.

Beaucoup critiquent leur fermeture en argumentant sur les bases de l’idéologie de l’Encyclopédie: ouverture, échange, partage. En l’absence de standard, le contenu des applications pourrait être difficile à lire dans quelques années.  Mais protégées par leur carapace, les applications permettent véritablement d’explorer la seconde phase de mécanisation du livre, les différentes manières dont le livre peut internaliser ses propres interactions. Les auteurs et les éditeurs peuvent concevoir de manière beaucoup plus précise l’expérience qu’ils souhaitent offrir à leurs lecteurs : des livres de cours plus pédagogiques, des romans plus immersifs, des guides voyages plus contextuels, des magazines plus divertissants, des articles plus érudits…  mais aussi des types de livres complètement nouveaux … des livres qui changent selon le moment et l’endroit où on les lit, des livres qui apprennent au fur et à mesure qu’ils sont lus et tous les autres possibles qu’offrent les livres algorithmiques.

Malheureusement, les nouveaux contenus peuvent être longs et difficiles à produire, ne fonctionner que sur les machines les plus récentes. Les éditeurs n’ont pas les budgets pour se lancer dans des créations ambitieuses. Comme ce fut le cas avec le CD-rom, ces obstacles  pourraient mettre en péril cette lignée dans l’évolution du livre.

C. Le papier comme interface

Il y une troisième voies qu’explore actuellement des artistes-ingénieurs comme Etienne Mineur ou des chercheurs dans le cadre des premières recherches sur le Paper Computing. Le papier et livre sont des interfaces extraordinaires qui peuvent maintenant être utilisées pour contrôler avec précision n’importe quel système informatique. Ils constituent peut-être l’avenir de nos écrans tactiles. Un livre relié permet d’organiser une séquence d’activités dans le temps et l’espace. Loin d’un recul, ce serait le retour de la fonction "architecturante" et des qualités ergonomiques du codex.

Dans cette approche, non seulement le livre papier ne va pas disparaître, mais il pourrait bien devenir une interface privilégiée pour d’autres activités que la lecture. Demain, nous pourrons choisir notre musique grâce à des livres, programmer notre télévision grâce à des livres, obtenir des informations sur Internet grâce à des livres. Un des avenir du livre papier pourrait donc être de devenir une interface efficace, bon marché, facile à produire et durable pour le monde numérique.

Ceux qui croient que l’avenir du livre passe nécessairement par les écrans font probablement un rapprochement trop rapide avec l’évolution récente du monde de la musique. Certes, nous assistons aujourd’hui à la constitution de très grandes bibliothèques de livres numérisés qui font penser aux « bibliothèques musicales » qui sont aujourd’hui très répandues. Mais la mort programmée du CD, support « classique » de la musique il y a encore quelques années, et l’avènement des baladeurs numériques, n’annoncent pas forcément par une analogie simpliste, la mort du livre et l’avènement des "liseuses". Que le CD disparaisse à plus ou moins brève échéance n’a aucune importance : c’est un objet aujourd’hui dépassé, qui n’a pas d’existence autre que de se faire lire par une machine. Au contraire du CD, le livre est un objet-interface qui dispose d’un grand nombre d’atouts. Autonome et léger, il offre des possibilités interactives très intéressantes. Par exemple, nous sommes capables en quelques dizaines de secondes de retrouver un mot dans un dictionnaire parmi des dizaines de milliers. Difficile, sans clavier, de retrouver un morceau sur votre balladeur avec une bibliothèque de cette taille. De même, nous pouvons parcourir rapidement la structure d’un livre pour acquérir une première idée, superficielle certes mais tout de même précieuse, de ce qu’il contient. Impossible de faire de même avec les fichiers de son ordinateur personnel. Ces atouts permettent de penser que le livre, en tant qu’interface, a encore de beaux jours devant lui et qu’il est probablement même capable d’investir de nouveaux territoires pour le moment dominés par les interfaces électroniques — clavier et souris et interaction tactiles qui sont aujourd’hui nos modes d’accès par défaut vers les informations numérisées.

Nuançons néanmoins cet enthousiasme en rappelant que cette approche est aujourd’hui essentiellement encore du domaine de la recherche et de l’expérimentation, quand parallèlement le processus de transformation des livres en une immense encyclopédie mondiale tourne à plein régime, supposant, à tord ou à raison, que les pages des livres se liront préférentiellement sous la forme d’images derrières des vitres.

Prédictions faciles

Voici donc esquissés trois futurs des livres-machines. Est-ce que c’est trois systèmes industriels cohabiteront ? Tentons quelques prédictions faciles. Les publications les plus proches de la logique de l’Encyclopédie seront les premiers entièrement machinisés, intégrant l’ordinateur planétaire. Cela concerne typiquement les Encyclopédies, dictionnaires, publications scientifiques, livres de cuisines, guides de voyages … Les publications les plus lointaines de la logique de l’Encyclopédie resteront sous format papier, augmenté ou non, et exploreront en parallèle les machinisations sous forme d’applications. Nous pensons ici surtout aux livres pour enfants et aux romans.

Certains éditeurs vont réaliser qu’ils ne publient pas simplement des livres ou des magazines mais qu’ils gèrent en fait des corpus encyclopédiques. Ils vont les exploiter numériquement en explorant de nouveaux modèles commerciaux, sans doute à terme basé sur la gratuité. D’autres se spécialiseront dans une industrie multimédia de qualité, assez proche dans sa logique économique du monde du cinéma, mêlant potentiellement papier et digital. Ce seront probablement eux les véritables explorateurs des nouvelles potentialités du livre devenu machine.

Les albums pour enfants, avant-garde de l’innovation

novembre 16, 2011

Ce vendredi, je donne un exposé dans le cadre de la conférence L’avenir du Lire, sur la place particulière des albums pour enfants dans le paysage de l’édition. L’occasion de poursuivre des réflexions entamées au début de l’année dernière lors du laboratoire des nouvelles lectures et des les croiser avec celles plus récentes sur la standardisation du livre.

L’édition jeunesse est plus que jamais un laboratoire pour l’innovation

Les albums pour enfants ont toujours été à l’avant-garde. Techniquement d’abord, les concepteurs d’albums et les imprimeurs ont toujours rivalisé d’ingéniosité pour expérimenter de nouveaux formats de livres, pliables, tirables, colissables, en relief, bruités, machinisés… C’est aussi dans ce domaine qu’ils sont les plus audacieux narrativement, explorant sans cesse de nouvelles manières de construire des récits. Autant d’innovations qui trouvent parfois leur place dans les autres secteurs, beaucoup plus traditionnels et conservateurs, de l’édition.

Ce n’est donc pas un hasard, si dans le monde de l’édition digitale, les livres pour enfants sont aujourd’hui ceux qui explorent avec le plus de créativité les possibilités offertes par les nouvelles interfaces de lecture. Nous avons vu depuis quelques mois des "livres" qui réagissent à l’orientation des tablettes, à la manière dont le lecteur les "secouent". Les personnages de leurs histoires s’animent. Tirettes digitales, effet pop-up et autres possibilités inédites se déclenchent sous la pression des doigts des jeunes lecteurs. Ici encore, les albums pour enfants constituent le laboratoire où s’inventent les nouvelles manière d’interagir avec les publications digitales.

Mais ce n’est pas tout. Alors que beaucoup réfléchissent aux meilleures manières de rendre le livre numérique social (voir mon cours sur les Social Reading Technologies), la littérature pour enfants peut de nouveau nous servir de guide. Dans un monde où la lecture traditionnelle est si souvent associée à une pratique solitaire, les livres pour enfants font figure d’exception. Ils se lisent socialement de multiples manières.  Les parents les lisent à leurs enfants.  Parents et enfants les lisent ensemble (certains éditeurs proposent aujourd’hui des livre adaptés à la lecture à deux voix, l’enfant qui apprend à lire se charge des courts dialogues alors que l’adulte s’occupe des descriptions plus longues).  Les grands frères lisent aux petites sœurs. Les petites soeurs lisent à leurs poupées.  Ainsi, il est fort probable que ce seront les livres digitaux pour enfants qui inaugureront de nouvelles manière de lire ensemble.

Chaque album pour enfant est comme une île.

La puissance d’innovation des albums pour enfants est liée à leur caractère fermé, autonome. Chaque album pour enfant est comme une île, un monde en soi. Déconnectées du continent documentaire, les îles sont des réservoirs d’innovation.

Aujourd’hui la plupart des explorations digitales dans cette partie de l’édition prennent la forme d’applications pour tablettes et smartphones, fermées et innovantes. Les applications offrent un contrôle complet à leur concepteur, la possibilité de créer un monde en soi. Le revers de la médaille est que les applications sont encore très peu standardisées. Les nouveaux contenus peuvent être longs et difficiles à produire, ne fonctionner que sur les machines les plus récentes. Les éditeurs n’ont pas les budgets pour se lancer dans des créations ambitieuses. Comme ce fut le cas avec le CD-rom, ces obstacles  pourraient mettre en péril cette lignée innovante.

L’édition jeunesse résiste à la standardisation du livre.

Il est important de comprendre que la voie explorée par les applications va à l’encontre d’un processus global de standardisation. De la même manière que les cartes sont devenues des machines, les livres tendent à devenir des ressources standards et agrégées, des données dans la grande encyclopédie mondiale. Comme celui des cartes, leur modèle commercial va sans doute changer dans les années qui viennent : nous entrons dans un monde où  l’usage des livres aura peut-être plus de valeur que les livres eux-mêmes.

La guerre économique du livre numérique est comme souvent une guerre de standards. Il s’agit d’imposer et de contrôler à la fois les formats qui permettent de décrire les livres comme des ressources standardisées, mais aussi de prolonger ce processus encyclopédique sur le contenu des livres eux-mêmes de manière à cataloguer les lieux, les personnes et les objets cités comme des nœuds sémantique clairement définis. Il s’agit enfin de pouvoir décrire l’usage des livres eux-mêmes selon des formats standardisés. Propulsé par la numérisation massive (c.a.d l’extraction massive de contenu sous des formes standards), nous entrons dans l’ère des lectures industrielles. Comme ce fut le cas avec la machinisation des cartes, parmi tous les modèles commerciaux de ce nouveau monde, il y a la gratuité d’accès, spectre terrifiant pour bien des éditeurs.

Certains types de livres, fortement régulés, se laissent facilement standardiser. Peux-être certains livres pour enfants prendront-ils cette voie. Mais il est probable que les albums les plus innovants ne trouveront pas leur place dans cette logique de conteneur-contenu. L’édition jeunesse offre donc un des rare bastion de résistance à cette grande vague.

Le dilemme de la standardisation et de l’innovation

Reste donc la voie des applications, fermées, non standards mais qui offrent de véritables possibilités d’innovation. Protégées par leur carapace, les applications permettent véritablement d’explorer  les différentes manières dont le livre peut internaliser ses propres interactions. Nous sommes loin d’avoir fait le tour des livres à géométries variables, des livres qui changent selon le moment et l’endroit où on les lit, des livres qui se lisent a plusieurs de manières inédites, des livres qui apprennent au fur et à mesure qu’ils sont lus et tous les autres possibles qu’offrent les livres algorithmiques. Plus généralement, les applications permettent de designer avec précision le type d’immersion que l’on souhaite offrir à son lecteur, ce que le livre standard a complètement renoncé de proposer.

Aujourd’hui les éditeurs jeunesse sont donc face à un dilemme.

1. Standardiser leur collection et parier sur le volume

2. Concevoir quelques livres-applications très innovants (qui pourraient ouvrir la voie sur un autre futur du livre que celui proposé aujourd’hui par les standards) et parier sur leur succès.

La seconde voie est une ambition pas forcement à la portée financière de tous les éditeurs, surtout des plus modestes. D’une certaine manière le processus de production d’une application n’est pas si éloigné de celui d’un film. Les modèles commerciaux et les risques sont de même nature. Pour se lancer dans la production d’application à succès l’éditeur doit investir et prendre des risques souvent plus importants, en tout cas moins maîtrisés,  que dans le cas du papier. Le monde de l’édition a besoin maintenant de "producteurs" qui misent sur le succès de certains titres comme on investit dans la réussite de certains films. Certains se sont déjà lancé dans l’aventure avec plus ou moins du succès. D’autres préfèrent attendre encore un peu que les premières innovations dans ce domaine se standardisent. Car au final les innovations les plus réussies qui naîtront sur les îles rebelles de l’édition jeunesse, finiront un jour sans doute elles aussi par devenir des standards et trouver leur place sur le grand continent des documents bien formatés. Comme au cinéma.

La standardisation du livre : en théorie et en pratique

octobre 25, 2011

Je donne cette semaine un cours sur la standardisation de la chaîne du livre. L’histoire du livre est finalement l’histoire d’une succession de processus de standardisation et les guerres économiques actuelles sont en grande partie des guerres de standards. L’idée d’orienter ce cours autour de cette question m’a été donnée par la lecture du dernier livre de Milad Doueihi, Pour un humanisme numérique, dans lequel il articule l’idée que le plus important dans l’évolution vers le Cloud Computing est l’instauration de ce qu’il appelle le Nuage "standard".

Le cours s’organise en quatre parties.

La première partie  donne un panorama du processus de standardisation du livre, d’un point de vue historique d’abord (rejoignant mes précédentes présentations sur les représentations régulées et le devenir machinique du livre) puis aborde les questions actuelles sur la guerre des plate-formes (Google, Apple, Amazon et surtout Adobe qu’on oublie trop souvent) et des formats. Je finis en montrant comment la standardisation qui s’applique sur trois niveaux (le formatage du texte, sa description sémantique et la description des trajectoires de lecture et de partage qui lui sont associés) donne naissance à des continents documentaires et à de services inédits.

La seconde partie se focalise sur XML, comme instrument fluide du processus de standardisation. Il s’agit d’une introduction destinée à ceux qui n’en maîtrisent pas encore les principes (graphistes, éditeurs, etc.). L’objectif est de comprendre à quoi sert XML et quelle est son originalité en particulier comment il permet de négocier des standards et de les réviser au fil du temps.

Les troisième et quatrième parties sont des travaux pratiques. Nous verrons d’abord comment partir d’un même fichier XML pour d’une part alimenter une mise en page InDesign et d’autre part produire automatiquement une animation Flash parlante. Nous terminerons par le processus inverse, l’extraction du contenu d’un fichier PDF pour produire du XML bien formé dans le but par exemple de créer un fichier ePub (comme nous l’avions fait au Salon du Livre pour les éditeurs et les bibliothécaires).

Transformer un texte en film

octobre 12, 2011

Sur l’invitation du designer Daniel Sciboz, Laurent Bolli et moi-même donnons demain notre première journée d’atelier à la HEAD à Genève. Pendant un semestre, nous allons explorer avec les designers de l’école le thème des représentations régulées audio-visuelles et la possibilité de mécaniser complètement la production de séquences animées.

J’ai développé à plusieurs reprise le thème du livre comme représentation régulée et son devenir machinique. Le monde de l’édition est déjà presque entièrement mécanisé pour la production. Le grand bouleversement que nous sommes en train de vivre est la mécanisation de ses usages (passage du livre outil au livre machine). La situation n’est pas la même pour le monde de l’audiovisuel. Par bien des aspects la production audiovisuelle relève encore de l’artisanat. Forme et fond ne sont pas complètement dissociés. Alors que je peux à partir d’un même fichier XML créer une multitude de mise en pages (pour le print, le web, une tablette ou un smartphone), je ne peux pas sauf dans de rares exceptions produire un film complet à partir d’un texte balisé. L’avantage technologique serait pourtant évidant : le texte offre une facilité sans équivalent pour la production, la correction, le versionnage, l’indexation, etc. L’invention de techniques automatisant le passage d’un texte à un film pourrait bouleverser en profondeur la fonction culturelle des médias audiovisuels.

Il n’est pas étonnant que plusieurs entreprises se lancent aujourd’hui dans l’aventure. J’ai déjà parlé de Qwiki à l’occasion d’un billet sur la fluidification des documents . Ce service permet de créer des petites animations de quelques dizaines de secondes sur presque n’importe quel sujet. Il se base sur l’extraction de Wikipedia et de banques d’images libres de droit. Xtranormal propose la création d’animations 3D simplement en tapant les dialogues et en choisissant différents types de rendus.

Avec les étudiants nous ferons le chemin inverse, nous identifierons dans la jungle de représentations audiovisuelles celles qui seraient le plus susceptibles de devenir des représentations fortement régulées de manière à ce que nous puissions les produire sous la forme d’un texte source et d’un moteur de rendu particulier. Comme souvent nous ratisserons large pour, semaine après semaine, progressivement nous focaliser sur les deux ou trois projets les plus prometteurs.

How books will become machines

août 23, 2011

J’ai parlé aujourd’hui du "devenir machinique du livre" au colloque « Des manuscrits antiques à l’ère digitale. Lectures et littératies » à l’Université de Lausanne. Cet exposé est une première tentative pour réintégrer l’évolution du livre dans le cadre plus général de l’évolution des représentations régulées. Je me sers de l’exemple du processus de mécanisation des cartes pour discuter de l’évolution du livre. Poursuivant le thème abordé dans un précédent billet, j’oppose dans la discussion qui suit les technologies et les motivations de l’encyclopédisme avec celles du livre. Je finis par quelques prédictions faciles.

La video de l’intervention est disponible sur le site de l’UNIL

Les slides sont ici et ci-dessous

J’ai également rédigé un premier article en anglais à cette occasion dont voici le résumé

Maps have become interactive geographical systems. Tables have become spreadsheets.  Progressively most of our intellectual tools are successfully transformed into machines. But, for some reasons, printed books seem to resist. We believe that this resistance to a mechanization process that has demonstrated its generality for several other media is probably due to the competition with another kind of intellectual technology, the Encyclopedia. The Book primary function, to organize a discourse in a closed volume, does not translate well in a world wide technological system dominated by the desire to continuously document the world through standardized templates. Now, the Book seems to be at a crossroad. Either it merges with the current dominating intellectual technology with the risk of losing its original structuring function or it continues its journey in a new closed embodiment capable to survive in a world dominated by the restructuring technologies of the Encyclopedia. The kind of machine the Book will become will certainly have a decisive impact on the way we act, think and feel in the future.

L’article complet en PDF est disponible ici : How books will become machines

Le futur des manuels scolaires

mars 8, 2011

Inventer le manuel scolaire du futur ne consiste pas seulement à insérer des vidéos et des liens Internet dans un livre de cours traditionnel. Il me semble qu’avec les nouvelles possibilités des publications digitales nous avons pour la première fois l’occasion de redonner au manuel scolaire un rôle central dans le cœur même de l’activité pédagogique en classe et hors de la classe.

L’art d’enseigner est un art de l’orchestration (voir les articles de Pierre Dillenbourg sur ce sujet). L’enseignant compose une partition où alternent les présentations en classe, les travaux individuels et activités en petits groupes. Cette partition constitue ce que l’on appelle un script pédagogique. Des nombreuses recherches étudient la manière dont les scripts peuvent bénéficier de l’apport des outils informatiques, tout en laissant à l’enseignant son rôle central de chef d’orchestre. La salle de cours dans son intégralité devrait idéalement être repensée pour permettre la transition fluide entre les travaux individuels, en petit groupes ou avec la classe tout entière, et permettant une continuité dans les flux de documents. Ceci est évidemment un vaste chantier.

En attendant que l’école du futur advienne, les manuels scolaires pourraient jouer déjà dépasser leur fonction en grande partie obsolète de support de connaissance pour devenir de véritables outils d’orchestration. Dès le moment où l’on pense le livre comme une machine capable non seulement d’accueillir du son et de la video mais aussi de véritable petits "widgets" interactifs, il devient possible d’imaginer des scripts pédagogiques intégrés dans le corps même du manuel.

Imaginons par exemple un manuel de chimie dont l’un des chapitres présente les propriétés réactives de certaines molécules. Les dernières pages du chapitre pourrait intégrer un exercice interactif demandant individuellement à chaque élève de prédire le produit d’une réaction particulière. Les élèves auraient à choisir entre deux résultats possibles. L’enseignant pourrait immédiatement décider de montrer la répartition des réponses à la classe et le diagramme s’afficherait par exemple sur l’une des pages du manuel. Sans donner à ce stade la réponse à l’exercice, l’enseignant pourrait alors choisir de grouper deux par deux les élèves ayant choisi des résultats contradictoire et les encourager à trouver ensemble un consensus. Le résultat de ce travail de groupe serait lui-même consigné dans un des "widget" du manuel et l’enseignant pourrait de nouveau montrer la nouvelle répartition des réponses. Il donnerait enfin l’explication de la réaction, dévoilant peut-être du même coup certaines pages jusque là invisible du manuel.

L’idée centrale est que ce nouveau type de manuels garderait la trace de ce long processus d’exploration individuelle, d’argumentation en petit groupe et d’explication ex cathedra. Il serait support de cours et mémoire du processus d’apprentissage.

Quel format pour la publication scientifique ?

février 17, 2011

J’ai eu hier une discussion passionnante avec Tommaso Venturini, Paul Girard et Julien Rault (voir ses travaux sur le logiciel SPIRE), membres du MediaLab de Science Po (dirigé par Bruno Latour) au sujet du futur des formats de publications scientifiques et le projet de créer un "Journal od Digital Social Sciences". Ci-dessous quelques réflexions écrites dans le train en rentrant.

Comment se fait-il qu’au XXI siècle le standard de la publication soit encore le papier ? En science, beaucoup d’entre nous se documentent, effectuent des recherches, lisent et écrivent sur ordinateur (et maintenant sur tablette). L’ordinateur est évidemment également au centre des pratiques de recherche, pour, entre autres, la collecte et l’analyse de données, la programmation et la simulation de modèles. Ce constat ne se limite évidemment pas qu’aux sciences dures, la majorité des sciences sociales ayant maintenant intégrées l’informatique au coeur de leurs pratiques. Et pourtant toutes ces recherches, si innovantes fussent-elles dans leurs méthodes, finissent irrémédiablement publiées sous la forme maintenant bicentenaire de l’article scientifique papier.

On ne mesure sans doute pas suffisamment le retard scientifique que fait prendre ce goulot d’étranglement. Il est si souvent difficile de reproduire une expérience décrite dans un article, alors qu’il serait si simple d’inclure dans le corps même de l’article les données et algorithmes nécessaires à la poursuite de la recherche qui y est présentée. Un nouveau format pour la publication scientifique ne devrait évidemment pas se contenter de permettre l’inclusion de sons, de videos, il devrait proposer des interfaces pour que lecteurs, éditeurs et relecteurs puissent à leur tour explorer les données présentées, les projeter éventuellement sous des angles inédits, dans le but d’évaluer en profondeur la qualité de la recherche produite, dans l’espoir qu’elle serve de base à de future exploration.

Imaginons un article scientifique composé dans un format  capable de coder des livres-machines comme le format Bookapp. Chaque page pourrait accueillir non seulement des animations et des vidéos, mais aussi de véritables interfaces de visualisation pour explorer les graphes et les données présentées, lancer, pourquoi pas, d’autres expériences sur les mêmes modèles. Les annexes contiendraient le code des algorithmes, les corpus utilisés pour l’étude, le tout exportable et facilement réutilisable pour toute personne souhaitant poursuivre la recherche.

Trois points importants

1. Fermeture et autosuffisance. Il est crucial que toutes ces ressources soient incorporées dans l’article lui-même et non pas des liens vers des ressources extérieures. Pour jouer son rôle traditionnel d’archive, l’article se doit être une forme close, auto-suffisante.

2. Citabilité. Chacune de ses parties se doit d’être parfaitement citable. J’ai déjà décrit une solution générique qui permet de résoudre ce problème, y compris pour le cas d’objets complexes comme des livres-machines. Reste à assigner un numéro de référence à chaque publication de ce type (DOI, ISSN ou autre). Ceci ne devrait pas poser de problème.

3. Archivage. Il convient que des journaux et des bibliothèques archivent ces articles d’un nouveau genre avec le même soin et la même diligence qu’ils le font pour le format papier. Il sera sans doute nécessaire d’effectuer les opérations de conversion et de maintenance nécessaires à ce que les articles publiés restent lisibles au fil des ans. C’est un enjeu de taille qui demandera (comme aujourd’hui) des efforts et des financements réguliers.

Il y a bien-sûr d’autres chantiers importants dans le domaine de la publication scientifiques (l’open-access, la reforme du peer-reviewing, etc.) mais le format de publication est il me semble une question cruciale, à ma connaissance très peu discutée. Espérons que nous aurons l’occasion très bientôt de lancer une première expérience dans ce sens.

Le livre-papier comme projection du livre-machine

janvier 27, 2011

Dans un billet stimulant, Thierry Crouzet se demande si on ne pourrait pas considérer un livre papier comme la projection en deux dimensions d’un livre électronique de dimension supérieure. J’aimerais approfondir ici cette idée de projection, m’appuyant comme souvent sur les réflexions éclairantes de Pascal Robert sur ces questions qu’il développe dans son livre sur les Mnemotechnologies.

Dimension 0 : les mots

Une langue permet d’exprimer une réalité dans nombre n de dimensions, projections partielles d’un monde dont les dimensions sont potentiellement infini ou tout au moins très grandes. Mais la langue n’est pas en tant que telle représentable. On ne peut la percevoir que par des projections sommaires et évidemment très partielle  : dictionnaires, recueils de règles de grammaires,  corpus de textes, etc. A défaut de pouvoir représenter la langue, nous pouvons tenter dans la décomposer dans ses éléments atomiques. Au cœur du pouvoir expressif multidimensionnel d’une langue, le mot constitue un point, un objet de dimension zero, par définition insécable.

Dimension 1 : les textes

Sous la forme de séquences de mots liés les uns avec les autres, paroles et textes se déploient linéairement. Ce sont des objets unidimensionnels, des lignes. Représenter la réalité sous cette forme est évidemment un défi. C’est l’impossible mission de la littérature et du discours scientifique. D’une certaine manière, les hommes n’ont cessé d’essayer d’échapper à cette emprise de la dimension 1 en inventant des technologies pour s’exprimer dans des dimensions supérieures.

Dimension 2 : les pages, cartes, diagrammes, tableaux, arbres

En inventant la carte, les diagrammes, les graphes, les tableaux, les arbres, nous avons pu déployer nos idées en deux dimensions, les organiser dans le plan. Pour produire un document de dimension 2, nous pouvons soit prendre du matériel de dimension 1, un texte par exemple et le projeter sur un plan. Il faut pour cela le "mettre en page", l’organiser sous forme de lignes et de colonnes, l’ordonner en profitant de la liberté de ce nouvel espace. Appelons ce type de projection d’un espace de dimension inférieure vers un espace de plus grand dimension une expansion (Pascal Robert utilise le terme Traitement que je trouve un peu abstrait).

Nous pouvons également utiliser un document de dimension 2 pour représenter une réalité qui se présente elle-même sous forme plane ou d’une manière générale qui a une nature surfacique. C’est le rôle des plans, des cartes géographiques. Parce que la représentation a plus ou moins la même dimension que ce qu’elle représente il devient possible de naviguer de manière intuitive entre ces deux espaces même s’il y a parfois des problèmes d’isomorphies (p.e. la surface d’une sphère représenté sur une carte n’est en fait pas plane).

Enfin, un document de dimension 2 peut représenter une réalité de dimension supérieure, par exemple une objet en trois dimension, en le projetant selon une perspective particulière.

Dimension 3: Les livres papiers

Le livre papier n’est pas un objet de dimension 2. Il faut le penser comme un objet de dimension 3:  un lieu, un conteneur, un classeur de document de dimension 2. De la même manière que le texte s’organise sur la page, en passant de la dimension 1 à la dimension 2, le livre organise les pages, les cartes et les tableaux en passant de la dimension 2 à la dimension 3. Il articule dans l’espace une accumulation d’objets potentiellement hétéroclites. Par livres papiers nous entendons aussi bien les premiers Codex que les livres aujourd’hui imprimés et reliés par des machines. Alors que le rouleau reste prisonnier de la dimension 2, ne parvenant pas à obtenir une profondeur stable (il s’écrase quand on veut lui donner un volume), le livre,  lui, en tant qu’espace de dimension 3, donne un structure spatiale à la pensée exprimée. C’est la fonction architecturante dont j’ai déjà traitée.

La longue histoire du livre papier nous a montré que celle forme est capable d’accueillir des représentations d’une étonnante complexité, de rendre compte de réalité de dimensions extrêmement supérieures à la dimension 3. L’Encyclopédie pensée dans son projet comme un livre-bibliothèque en perpétuelle expansion, accueille  les connaissances du monde dans son ensemble, passées, présentes et futures. Pendant longtemps, elle n’a rempli cette mission que sous la forme d’une collection de livres papiers.

Dimension 4: Les vidéos

Pour capturer la 4eme dimension, c’est à dire le temps, la vitesse, la cinématique, le flux, nous avons du inventer encore d’autres technologies. Techniques photographiques et cinématographiques utilisent le mouvement pour capturer le mouvement pour le cartographier, comme le plan représente le paysage, toujours avec une échelle, une perspective, un cadre particulier. Comme pour les autres technologies, il devient possible d’étendre en 4D des représentations de dimensions inférieures (fluidification de documents textuel, graphique, etc) et d’obtenir ainsi de nouvelles manière de les ordonner et de les organiser.

Dimension n>4 : Les machines informatiques et les livres-machines

Les machines informatiques, décrites à partir de langages qui leur permettent non seulement d’organiser des documents de dimension 1 à 4 dans des espaces complexes mais d’intégrer la définition de leur propre interactivité appartiennent à des dimensions supérieures ou égale à 4. Elles peuvent étendre ces documents de dimension inférieure en les tissant les uns aux autres de manière interactive. Elles permettent de rendre compte des articulations de phénomènes de dimensions supérieures.

Les livres "électroniques" pensés comme des machines informatiques, appartiennent naturellement à cette dernière catégorie. Leur complexité expressive varient évidemment selon le format ou le langage dans lesquels ils sont décrits. Certains formats de fichiers ne permettent pas du tout l’exploration des dimensions supérieures à 4.  Par exemple, le format ePub ne permet de décrire que des hypertextes simples dont la dimension est probablement inférieure à 2 (la question de la dimension d’un hypertexte est un sujet de recherche en soi). Mais cette faible dimension, rend la production de ces fichiers en partie automatisable à partir de descriptions de dimensions supérieure. A titre d’exemple il est possible de produire sans véritable difficulté, un ePub à partir d’un Bookapp. En ce sens le schéma de Thierry Crouzet est tout à fait juste (même si je ne mettrais pas l’hypertexte au dessus du livre-papier).

Expansion de livres-papiers sous forme de livres-machines

Aujourd’hui une grande partie des efforts de l’édition numérique consiste à adapter des livres-papiers en livres-machines, c’est à dire à les projeter de la dimension 3 vers une dimension supérieure. De la même manière qu’il n’est pas évident d’adapter un texte en vidéo, le grande liberté que permet l’expansion d’un livre-papier en livre-machine n’est en général exploitée que très timidement. Il nous faudra du temps avant de prendre nos marques dans cet espace large, avant de savoir en exploiter les multiples articulations de manière pertinente.

Projection de livres-machines sous forme de livres-papiers

Symétriquement, ce qui est intéressant dans les perspectives de projections de livres-machines vers des livres-papiers, c’est qu’elles permettent d’anticiper un futur où interfaces de lecture papier et digitale coexistent de manières complémentaires. Déjà, plusieurs éditeurs avec lesquels nous travaillons ont décidé de publier certains de leur titres d’abord en Bookapp puis, si ces oeuvres rencontrent leur public, de les produire ensuite sous format papier (cette traduction du livre de Daniel Kaplan par exemple)

Mais il est clair que le processus de projection d’un livre-machine vers un livre-papier donne une flexibilité nouvelle. Par quel procédés de recadrages, les extensions multidimensionnelles que le livre-machine permet pourront elles trouver place sous une forme imprimée ? Nous avons déjà quelques éléments de réponses. Mon dernier livre, la métamorphose des objets, est, d’une certaine manière, un livre-machine où chaque page est extensible par les lecteurs. Aucun problème pour autoriser ce type d’interaction avec le format Bookapp (voir le premier chapitre ici). Sous format papier nous avons utilisé le double procédé de mini-URL et de QRCode placés en bas de chaque page pour faire le lien entre le papier imprimé et les extensions apportées par les autres lecteurs stockées sur un serveur. C’est une technique de projection possible. Il en existe de nombreuses autres.

Ce genre de procédés peut être systématisé. Nous travaillons aujourd’hui sur un mécanisme qui permettra de produire automatiquement à partir d’un livre au format Bookapp, une version papier intégrant annexes hypertextes et utilisant URL et QR Code de façon pertinente pour pouvoir ainsi bénéficier du confort de lecture et des avantages pratiques du livre traditionnel mais également d’introduire dans le format papier une partie des extensions possibles avec les livres-machines. Peut-être est-ce au lecteur lui-même de  décider au moment de l’achat, le type de projection/recadrage qu’il souhaite.

Ainsi se dessinent les contours d’un monde où les livres seront produits sous forme de matrices informatiques capables de se projeter sur de multiples documents de dimensions plus faibles :  textes, hypertextes, livres-papiers, chacun adapté à des contextes de lecture différents. Dans ce monde, le livre "traditionnel" gardera finalement une forme assez proche de sa forme actuelle. Mais pensé comme projection d’un document-machine de plus grande dimension, son mode de production sera par contre complètement différent.

Le devenir machinique du livre

janvier 19, 2011

Invité à contribuer au débat RSLN/Microsoft sur le thême "Le livre numérique c’est pour bientôt", j’ai écrit une brève prise de position au sujet du "devenir machinique du livre"

"Les débats stériles qui opposent partisans du livre papier et les adeptes des nouvelles interfaces de lecture nous empêchent de voir la grande mutation que la technologie de Gutenberg est en train de subir : le devenir machinique du livre.

Certes, un livre papier propose déjà de manière implicite diverses formes d’interactivité : lecture immersive, feuilletage, etc. Mais en devenant "application" sur l’écran d’une tablette, d’un ordinateur ou d’un téléphone, il peut désormais intégrer la définition de son interactivité au sein de sa propre structure. Il cesse ainsi d’être un document inerte pour devenir une véritable machine. Auteurs et éditeurs, comme des ingénieurs-architectes, spécifient les chemins que le lecteur pourra prendre, les portes vers l'"extérieur" qui lui seront proposées et sculptent de manière précise le type d’expérience de lecture qu’ils souhaitent offrir. Plus que de simples œuvres interactives, les plus audacieux d’entre eux proposent déjà des romans plus immersifs, des manuels scolaires plus didactiques, des guides de voyages plus contextuels, des livres d’érudition plus érudits, des essais enrichis par leurs lecteurs, des magazines plus divertissants. Ce n’est qu’un début.

Depuis quelques mois, des outils, des langages et des plateformes apparaissent pour concevoir, distribuer et vendre ces premiers livres-machines originaux et pour "machiniser" les publications classiques. C’est une nouvelle chaîne du livre où auteurs, éditeurs, imprimeurs, distributeurs et libraires devront réinventer leur rôle. L’année qui s’annonce promet d’être passionnante."

Je sais que ce "devenir machinique" donne souvent lieu à des interprétations divergentes. Je profite d’avoir ici un peu plus de place pour préciser ma pensée. Comme je l’ai déjà dit, une des illustrations de cet avenir est le développement du format Bookapp, pensé comme un langage de programmation pour livres-machines. Le kiosque de publications iPad que nous avons conçu pour Jaeger-LeCoultre donne un aperçu de ce qu’il est possible de faire aujourd’hui avec ce format dans le domaine des beaux livres "machinisés". Dans le "YearBook", une des deux premières publications téléchargeables depuis ce kiosque, les pages s’animent comme des trompe-l’œil : un nuage circule lentement dans le ciel, un texte "scrollable" disparaît derrière des stalactites de glaces, la perspective d’une photo de montage change selon l’inclinaison de l’appareil, une galaxie se met lentement en rotation, des montres aux mécanismes complexes se mettent toutes seules à l’heure. Nous ne souhaitions par créer un dessin animé ou un jeu video, mais au contraire garder le rapport contemplatif que l’on peut avoir avec un beau livre. Sauf qu’ici tout est machinisé.

L’erreur serait de penser que l’on ne peut produire avec ce nouveau langage que des beaux livres machinisés. Nous travaillons à la "programmation" d’interactions adaptées aux livres d’érudition, aux articles scientifiques, aux livres de cours et aux romans. Chacune de ces lectures est spécifique par ses gestes, ses contextes et ses objectifs. La machinisation sera donc différente.

D’une manière générale,  il s’agit surtout d’effectuer un changement de perspective. Lire n’a jamais été une activité passive, un simple transmission d’information. Sur n’importe quel livre papier,  se nouent déjà entre lecteur et le texte des relations complexes, des interactions structurées. C’est pourquoi il peut être pertinent de penser la relation du lecteur au livre avec le vocabulaire des sciences de l’interaction homme-machine. Comme pour n’importe quel autre objet technique, nous devons décomposer les interactions du lecteur, identifier les modalités, les routines, les contextes d’utilisation, les objectifs et les stratégies sous-jacentes. Ces processus d’interaction incluent un jeu complexe de gestes explicites et de pensées implicites: un langage qu’il s’agit aujourd’hui de transcrire et d’interpréter, afin de pouvoir proposer des livres-machines qui exploitent et développent au mieux les pratiques déjà à l’œuvre dans les livres papiers.

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 203 autres abonnés