Laboratoire des nouvelles lectures : Bilan d’étape

avril 27, 2011

Le laboratoire des nouvelles lectures a été lancé sur l’initiative du Salon du Livre de Genève pour tenter d’approcher de manière innovante et participative les transformations récentes du monde du l’écrit. Par l’intermédiaire de la plateforme lectureslab.ch nous avons proposé aux lecteurs, auteurs, éditeurs et libraires d’inventer ensemble de nouveaux modèles pour  la lecture de demain, exprimer leurs attentes, leurs peurs et leurs envies. Il s’agissait d’éviter de tomber de les débats stériles qui oppose le papier à l’écran, les anciens et les modernes, pour réfléchir aux nouveaux visages de la lecture et de l’écriture. Nous voulions, pari difficile, faire de cette plateforme un espace où se mêlent les voix des lecteurs de tous les jours avec ceux des professionnels du domaine, où alternent les contributions légères et les débats plus pointus. Bref, servir d’agora pour les multiples communautés de ces « nouveaux lecteurs ». En pratique, nous avons donc d’une part invité cette communauté à réagir à des billets d’analyse et des entretiens avec les professionnels du domaine et d’autre part donné la possibilité à chacun de proposer des projets de réalisation sous la forme d’un « concours d’idées », récompensé par des prix qui permettront d’amorcer leur concrétisation. C’est sans doute cette seconde partie qui a le plus cristallisé les enthousiasmes. A quelques jours du Salon du Livre, nous pouvons dresser un premier bilan.

La diversité des propositions que nous avons reçues nous a conforté que nous étions sur la bonne voie. Les nouvelles lectures font rêver… et pas d’une unique manière. Jugez plutôt. Dans l’imagination des nouveaux lecteurs, le livre demain ne sera peut-être pas seulement une tablette mais plutôt un livre-cinema, projetable dans la paume d’une main, sur un drap ou un mur ou un coussin conteur, antichambre à nos rêves. Il proposera peut-être des senteurs, s’adaptera à ce qu’il sait sur vous. Nous le construirons peut-être nous même en kit. Il deviendra habitable, ouvrant la possibilités à des dialogues entre lecteurs. Imaginez ainsi un livre de recettes qui ne serait aussi un lieu d’échanges entre apprentis cuisiniers. De nouveaux cabinets de lecture communautaires feront peut-être aussi leur apparition. Le livre de demain pourra s’adapter aux handicaps de certains et ouvrir la lecture à des enfants pour qui elle est aujourd’hui difficilement accessible. Et puis, au delà de l’objet lui-même, certains ont imaginé comment introduire plus de fluidité dans le travail des auteurs en mettant en place des outils de co-production et d’accompagnement éditorial au fil du processus d’écriture, ou, à l’autre bout de ces nouvelles chaines du livre, de fluidifier l’expérience de lecture en la segmentant en petits passages courts et quotidiens.

Parmi la variété de ces propositions, le choix sera évidemment difficile et inévitablement arbitraire. Nous remettrons les prix samedi matin au Salon du Livre. Mais au vu de ces quelques mois de création collective et nous pouvons déjà dire que les nouvelles lectures stimulent l’imagination plus qu’elles ne font peur. A côté des grands chantiers qui occupent l’attention du monde de l’édition, tout reste encore à inventer.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :